AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 What's in your head? || feat. "Nika" ||

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: What's in your head? || feat. "Nika" ||   Lun 4 Juin - 13:14

What's in your head?

Another head hangs lowly. Child is slowly taken and the violence caused such silence. Who are we mistaken ? But you see : it's not me, it's not my family. In your head, in your head, they are fighting with their tanks, and their bombs and their bombs, and their guns. In your head, in your head, they are cryin'.  


Un jour de plus se passe au sein de l’université. Zelika est débordée avec tous les cours qu’elle a à rattraper. Récemment, elle a été alitée car elle était atteinte d’une violente migraine, accompagnée de nausées et de vertige. Selon le médecin, il s’agirait d’un virus qui se répandait depuis quelques temps. Et, effectivement, plusieurs étudiants en furent les tristes victimes. D’ordinaire, la jeune femme avait une santé de fer. Mais lorsqu’elle était malade, elle ne l’était pas à moitié. Résultat des courses : trois jours à ne pas pouvoir se lever. Heureusement, ses colocataires avaient été compréhensifs avec elle et la ménagèrent grandement. Une fois de plus, elle se sentait entourée grâce à eux. Plus que des amis, ils étaient devenus une petite communauté, telle une famille, aux yeux de la jeune métisse. Quoiqu’il en soit, malgré le retard dont elle était victime, Zelika n’aurait loupé l’entraînement de cheerleading pour rien au monde. C’est ainsi qu’elle se retrouva sur le terrain de sport, à l’heure indiquée, en tenu et en grande forme. Il faut dire que de pratiquer des exercices physiques lui procurait un sentiment de bien-être très appréciable, après avoir été allongée autant de temps. Et puis, elle ne souhaitait pas être remplacée par une nouvelle arrivante. La concurrence était rude, dans le milieu. Les fautes ne pardonnaient guère et il valait mieux éviter de ne pas se donner à fond. C’est ainsi que les minutes défilèrent, sous le signe de l’effort, des rires et de la concentration. Plus qu’une équipe, les filles formaient une bande très soudée et n’hésitaient pas à s’entraider au maximum. Mais, après l’entraînement des demoiselles, elles prirent le temps de discuter de leurs chorégraphies. Des mecs, qui s’entraînaient aussi dans le coin, en profitèrent pour venir les aborder. La plupart se connaissait, évidemment. Cependant, des nouvelles têtes apparaissaient régulièrement et ce fut le cas pour cette fois-ci. Un blond, au sourire arrogant et au physique d’Apollon, vint vers le groupe. Derrière lui se trouvait Nicholas et quelques membres habituels. Alors qu’il se présenta – sous le prénom de Jake – aux autres filles, il fit la bise à Zelika et ne put s’empêcher d’émettre un commentaire déplacé. « Wouah, le cul que t’as ! » Lui fit-il remarqué. Bien que cela aurait pu être un compliment, dans d’autres circonstances et en modifiant la façon de s’exprimer, la métisse n’apprécia guère et fronça les sourcils, perplexe. « Pardon ? » Demanda-t-elle, peu enclin à réagir positivement aux paroles du jeune homme. Ce dernier, pourtant, ne se démonta pas pour autant. Visiblement, il trouva même cela attirant puisqu’il se lécha les lèvres inférieures, en fixant le corps sculpté de Zelika. « Bah ouais, quoi. J’ai bien le droit de te regarder, non ? Surtout que t’as de sacrés atouts ! » Décidément, il ne manquait pas de culot, celui-là ! Les autres filles le regardèrent avant de ricaner doucement. D’autres préférèrent s’enfuir, afin d’éviter de subir le même sort que Zelika dans les prochaines minutes. Si elle avait pu, la métisse aurait également pris ses jambes à son cou. Malheureusement, le blondinet la tenait par la grappe et s’interposa entre elle et la sortie. Il ne semblait pas prêt à la lâcher de sitôt. « Hum… » Elle ne souhaitait pas lui répondre. Qu’aurait-elle pu dire, en prime ? Elle ne voyait aucune réplique magique ou fracassante à sortir de sa bouche. Il faut dire qu’elle se sentait légèrement en mauvaise posture et, dans ce genre de cas, préférait jouer la défensive à l’attaque. « Et sinon, c’est quoi ton p’tit nom ? » C’est vrai qu’elle ne s’était pas présentée. Sans doute parce qu’il ne l’intéressait vraiment pas. Ou alors parce qu’elle était persuadée qu’il ne le retiendrait pas forcément. Visiblement, elle avait légèrement tort. Elle essaya de paraître aimable et s’efforça de sourire un peu. « Zelika. » Le jeune homme parut pensif. Il faut dire que ce n’était pas courant à entendre. Peut-être aurait-il pensé qu’elle avait une identité plus américaine ? Quoiqu’il en soit, cela ne le perturba pas longuement. Très vite, il reprit son discours de dragueur. « C’est pas mal comme prénom, ça. Et dis-moi, t’es célibataire ? » Cette fois-ci, elle frémit. Ca lui parcourt l’échine et dresse ses poils sur ses avant-bras. Elle déteste tellement qu’on l’aborde aussi franchement que ça ! D’autant qu’elle démontre clairement peu d’intérêt et aucun sentiment réciproque à son égard. « Ouais… » Zelika parvient alors à capter le regard de son ami, Nicholas, resté en retrait. Intérieurement, elle le supplie d’intervenir. Parce qu’elle ne sait pas du tout comment se débarrasser de ce Zack ou Jake… elle ne sait même plus comment il s’appelle, d’ailleurs.

CODAGE PAR AMATIS
Revenir en haut Aller en bas
Nicholas Liang
JE SUIS À PROVIDENCE
JE SUIS À PROVIDENCE
avatar

je suis à Providence depuis le : 07/04/2018 et j'ai rendu : 451

MessageSujet: Re: What's in your head? || feat. "Nika" ||   Mar 5 Juin - 23:02

What's in your head?

Another head hangs lowly. Child is slowly taken and the violence caused such silence. Who are we mistaken ? But you see : it's not me, it's not my family. In your head, in your head, they are fighting with their tanks, and their bombs and their bombs, and their guns. In your head, in your head, they are cryin'.  


Les beaux jours sont installés depuis déjà quelques semaines. Qui dit soleil, dit chaleur, et là sous mon uniforme de footballeur, je suis en sueur. L’entrainement est intense malgré que la fin des matches de la saison. Notre coach est toujours aussi exigent avec nous, car il sait que durant trois mois, on va tous se laisser aller. Il n’est pas idiot, il sait que l’été, ses joueurs jouent le farniente. En tant que quaterback et capitaine, je me dois d’être au top à chaque fois. Alors je motive les troupes !  Au bout d’une heure, le coach signale la fin de l’entrainement. La plupart file directement aux vestiaires, je reste à la traîne avec Drew pour parler de nos projets d’été. On est tous les deux de grand sportif, et on s’est dit que cet été ce serait sympa de se retrouver pour entretenir notre forme physique. Alors que nous marchions s’en faire attention à ce qu’il se passait autour de nous, je commence à entendre une voix que je ne connais que trop bien. J’oublie la conversation que j’avais avec Drew, et m’avance vers l’attroupement qui s’est formé aux abords du stade. Je tends l’oreille pour entendre ce qu’il se dit, surtout quand je vois Jake collé de trop près mon amie Zelika. Je n’appréciais pas vraiment ce type, même s’il faisait parti de mon équipe. C’était le genre de fils à papa qui se croit tout permis et à qui on ne refuse rien… sauf qu’il n’aime pas qu’on lui dise non. Son attitude avec les filles me fait gerber, et là de le voir si près de la jolie métisse… mon sang ne fait qu’un tour. J’abandonne mon coéquipier, pour m’approcher de Jake. Je pose une main ferme sur son épaule, et lui lance : « Lâche-là Jake ! Tu vois bien qu’elle ne veut pas de toi. » Il se retourne, sûrement surpris par mon intervention. Je le vois… son petit sourire en coin qui se dessine sur ses lèvres, ce sourire malsain. « Bah alors Nico, t’as des couilles qui te sont poussées cette nuit ? » J’avale ma salive, mon poing se sert. Je n’ai qu’une envie, c’est lui foutre mon poing dans la gueule, mais je suis le capitaine de cette équipe, et je ne veux pas perdre ma place pour ce type dégoutant. « J’ai dis, tu la lâche et c’est tout. Toi et tes hormones, allez voir ailleurs si j’y suis. » Mais comme je le pressentais, il ne comptait pas lâcher l’affaire. « Je fais ce que je veux, et si la demoiselle veut partir avec moi, c’est son choix. » Aller savoir ce qu’il m’a prit, cette pulsion venu de « je ne sais ou », j’attrape la main de Zelika et l’attire contre moi. « Je t’avertie encore une fois, tu la touches, tu auras à faire à moi ! » Il finit par hausser les épaules et partir en direction des vestiaires. J’entends un « bien jouer mec, tu l’as remis en place ! » Je n’avais aucun mérite, mais je pense que Jake aurait besoin qu’on lui tienne tête de temps en temps. Je finis par regarder Zelika, mon cœur est encore agité par cette adrénaline. « ça va ? » demandais-je. C’était vraiment bizarre comme situation.
CODAGE PAR AMATIS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forevertry79.tumblr.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: What's in your head? || feat. "Nika" ||   Mer 6 Juin - 16:39

What's in your head?

Another head hangs lowly. Child is slowly taken and the violence caused such silence. Who are we mistaken ? But you see : it's not me, it's not my family. In your head, in your head, they are fighting with their tanks, and their bombs and their bombs, and their guns. In your head, in your head, they are cryin'.  


Les secondes s’égrènent dans le vent. A cet instant, elles paraissent interminables pour Zelika, qui se retrouve face-à-face de son pire cauchemar : le harcèlement. Bien évidemment, le jeune homme n’oserait jamais poser une sale patte sur la métisse – du moins l’espérait-elle. Néanmoins, il était insistant et grossier par-dessus le marché. Cela rappelait quelques mauvais souvenirs à la demoiselle, peu enclin à se laisser démonter pour autant. Hélas, il était bien plus costaud qu’elle et les camarades de sport de Zelika ne pouvaient guère s’en mêler, de peur d’être les prochaines cibles. Heureusement, « Lika » pouvait compter sur des amis proches, comme Nicholas. Ce dernier finit par s’interposer entre elle et ce fameux « Jake » à son plus grand soulagement. Le fils Liang avait toujours eu des airs de chevalier en armure sur son cheval blanc. Il était doux et compréhensif, bien loin des abrutis du genre de ce garçon malhonnête. Toutefois, Jake n’avait pas dit son dernier mot et ne paraissait pas vouloir laisser la métisse se défiler aussi aisément. Lorsqu’il s’en prit verbalement à son capitaine – Nicholas – Zelika le fusilla du regard. De quel droit osait-il insulter son ami de longue date ? Bien que Nico ne se laissa pas faire et se défendit à son tour, Jake – présomptueux – annonça fièrement que c’était Zelika qui souhaitait rester vers lui. La jeune femme ouvrit la bouche, stupéfaite, et fronça les sourcils. Pour peu, elle lui aurait collé une gifle monumentale ! Cependant, et heureusement, Nicholas s’interposa une fois encore. « Je t’avertis encore une fois, tu la touches, tu auras à faire à moi ! » Il attrapa la main de Zelika qui, par instinct, se protégea contre son torse. Cette fois-ci, le blond dut se rendre à l’évidence : il avait perdu la bataille. Enfin, il ne demanda pas son reste, visiblement humilié devant ses coéquipiers, et se faufila à travers la foule pour rejoindre les vestiaires. La plupart des sportifs lui emboîtèrent le pas pendant que Zelika, soufflée, se remettait de ses émotions. « Ca va ? » Elle ne pouvait s’empêcher de fixer le point où la silhouette de Jake avait disparu. Tout son corps était en alerte, prêt à bondir en cas d’attaque. Ceci dit, depuis qu’elle était contre Nicholas, elle se sentait légèrement apaisée. « O…oui. Je crois que oui. » Souffla-t-elle. Ce n’était pas la première fois qu’une telle situation se produisait. Beaucoup de sportifs masculins se croyaient irrésistibles – au plus grand désespoir des filles du campus. Mais Zelika était sensible et ce genre d’événement ne pouvait la laisser indifférente. Après quelques secondes de silence, elle se rendit compte qu’elle tenait toujours fermement la main de Nicholas dans la sienne et, le cœur tambourinait, demeurait blottit contre lui. Rougissante, elle s’écarta subitement de son corps – comme prise en faute. « Ahem… merci ! » Cette fois-ci, elle le regarde dans les yeux et lui offre un beau sourire, plein de compassion et de tendresse. Entre Zelika et Nicholas, l’amitié était évidente : ils s’adoraient. Ils passaient tellement de temps ensemble, tous les deux, que certains les surnommaient « les siamois ». Surtout lorsqu’il s’agissait de réviser ! « Il est vraiment… horrible, ce mec. » Ne peut-elle s’empêcher de faire remarquer, l’air grave. Elle déteste profondément ce genre de comportement. Elle espérait qu’à l’avenir, il se tiendrait à carreaux. Ou que, tout du moins, il serait désormais surveillé par les autres membres de l’équipe et que personne ne le laisserait faire du mal à une fille. Puis, l’esprit de Zelika fut frappé par un détail : son ami allait peut-être avoir des ennuis par sa faute. Elle se mordit la lèvre inférieure, gênée. « J’espère que tu n’auras pas de problème avec lui à cause de moi… » Ses yeux étaient sincères et brillaient. Elle ne voulait pas qu’on touche à Nicholas. La pensée qu’on puisse lui en vouloir suite à cette histoire lui provoquait un pincement au cœur. Non, il était hors de question qu’on embête « son » Nico ! Sinon, elle leur ferait manger les dents. Une par une.

CODAGE PAR AMATIS
Revenir en haut Aller en bas
Nicholas Liang
JE SUIS À PROVIDENCE
JE SUIS À PROVIDENCE
avatar

je suis à Providence depuis le : 07/04/2018 et j'ai rendu : 451

MessageSujet: Re: What's in your head? || feat. "Nika" ||   Ven 8 Juin - 13:12

What's in your head?

Another head hangs lowly. Child is slowly taken and the violence caused such silence. Who are we mistaken ? But you see : it's not me, it's not my family. In your head, in your head, they are fighting with their tanks, and their bombs and their bombs, and their guns. In your head, in your head, they are cryin'.  


Malgré mon statut de capitaine et de populaire, je ne cautionne pas les attitudes de certains de mes camarades. Sous prétexte qu’ils sont footballeurs, musclés, ils se pensent irrésistibles. Ce fameux Jake n’est pas à son premier coup d’essai, et je sais qu’il a tendance à ne pas comprendre quand on lui dit non. Si autrefois, je ne suis pas intervenu, cette fois, mon sang ne fait qu’un tour quand je le vois s’en prendre à Zelika. Quand mes yeux se posent sur elle, alors que le corps imposant de Jake la cache pratiquement, je peux voir qu’elle est terrifiée. Je sais que c’est une fille forte, mais il est hors de question que je la laisse avec cet abruti. Alors je prends mon courage à deux mains, et j’interviens. Je sais que Jake va vouloir me prendre de haut, malgré que je sois son capitaine, il m’a toujours tenu tête… Il n’a toujours pas dirigé que le coach me préfère à lui. S’en suit un échange de joute verbale, mais je ne me laissais pas démonter. Ce mec avait beau avoir trente kilos de plus que moi, je n’allais pas le laisser gagner si rapidement. Alors qu’il s’apprêtait à toucher Zelika encore une fois, me disant que c’était elle qui voulait de lui, je saisis la main de mon amie pour la sortir de son emprise. Jake fut déstabilisé par mon geste, je pense que c’est bien la première fois qu’on lui « prenne son jouet ». On aurait même dit qu’il allait chialer tel un gosse de 4 ans, ce mec est pathétique. Ma main dans celle de Zeli, je la serre contre moi à l’aide de mon autre bras. Il finit par rejoindre les vestiaires avec ses deux acolytes, tandis que l’autre partie de l’équipe me soutient pour ce que j’ai fait. À croire que personne — avant moi — n’avait eu le cran de lui tenir tête. Au bout de quelques secondes, je réalise qu’il ne reste que Zelika et moi-même. Je lui demande comment elle va. Réalisant que la situation était étrange, sa main dans la mienne, son corps collé contre le mien, elle finit par reculer. À vrai dire, aussi étrange que cela puisse paraître, j’aurais bien aimé qu’elle reste quelques secondes de plus. Mon cœur n’arrivait pas à se calmer, c’est comme si j’avais fait des montagnes russes. Elle le remercia puis ajouta que Jake était horrible. « Encore un fils à papa qui se croit irrésistible, et à qui on ne dit jamais non. » Soufflais-je, exaspéré. Elle se recula légèrement, et d’un air coupable, elle me dit qu’elle espérait ne pas m’avoir causé d’ennui. « Ça ne sera jamais pire qu’avant. Il me déteste depuis que le coach m’a nommé capitaine à sa place. » Je marque une pause, fixant à mon tour la porte des vestiaires. « Ce mec est un égoïste, il ne pense qu’à sa petite personne. Je ne comprends pas comment des filles peuvent sortir avec lui. » Au bout de quelques secondes, je repose mon regard sur Zelika. Nous venons tous les deux de terminer nos entraînements, je pense qu’une bonne douche ne serait pas négligeable. « Si tu veux, on peut aller se boire un verre après s’être changé ? » C’est vrai que lorsqu’on y pense, on se voyait régulièrement à la maison, dans les fêtes, mais on sortait rarement tous les deux.
CODAGE PAR AMATIS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forevertry79.tumblr.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: What's in your head? || feat. "Nika" ||   Ven 8 Juin - 14:03

What's in your head?

Another head hangs lowly. Child is slowly taken and the violence caused such silence. Who are we mistaken ? But you see : it's not me, it's not my family. In your head, in your head, they are fighting with their tanks, and their bombs and their bombs, and their guns. In your head, in your head, they are cryin'.  


L’altercation entre Nicholas et Jake est assez vive. Il faut dire que ce dernier n’y est pas allé de main morte en s’en prenant ouvertement à Zelika, plutôt pudique. En prime, il n’est pas tellement son genre. Certes, il ferait probablement craquer plus d’une fille sur le campus… pour peu qu’il n’ouvre jamais sa grande bouche répugnante. Heureusement, la métisse peut compter sur le soutien indéfectible de son meilleur ami pour lui venir en aide et la défendre. D’ordinaire, elle ne se laissait pas faire de la sorte et savait comment remettre un sportif à sa place. Sauf qu’il était si imposant qu’elle n’avait pas osé se montrer impolie, de peur des représailles. Il lui semblait suffisamment tordu pour arriver à retourner la situation à son avantage. Ceci dit, grâce à Nicholas, elle put s’extirper de cette situation délicate. Et, finalement, Jake finit par se dégager de leur champ de vision pour retourner aux vestiaires, avec ses coéquipiers. Zelika était très soulagée, bien que gênée par ce qu’elle venait de vivre dans les bras de son ami depuis plusieurs années. « Encore un fils à papa qui se croit irrésistible, et à qui on ne dit jamais non. » La métisse fronça les sourcils et hocha la tête. Il était vrai que Jake avait totalement ce genre de profil. Le même que celui de Charles, son petit frère – mais elle s’abstint de tout commentaire à son égard, préférant ne pas l’évoquer dans ses conversations. « Tu as sans doute raison, malheureusement. » Elle croisa les bras, anxieuse à l’idée que cela puisse causer du tort à l’asiatique. Elle n’aimait pas être une demoiselle en détresse – surtout devant les autres filles. Toutefois, aucune n’aurait pu s’en sortir aussi bien qu’elle. Et il était hors de question qu’elle cède au caprice de Jake, en sortant avec lui ! Rien que cette pensée lui fit froid dans le dos. « Ça ne sera jamais pire qu’avant. Il me déteste depuis que le coach m’a nommé capitaine à sa place. » Zelika baissa les yeux et regarda ses chaussures. La jalousie ? Vraiment ? C’est vrai que Nicholas était talentueux. Il méritait totalement sa position de capitaine au sein de l’équipe. Jake aurait-il sincèrement prétendu avoir la moindre chance contre lui ? C’était drôle, dans le fond. Car il était évident qu’il ne pouvait pas être aussi doué que Nicholas pour mener une équipe. « Je vois… » Zelika redressa son regard et fixa les vestiaires quelques secondes, pensive. Elle espérait qu’il ne sortirait pas subitement pour donner un coup à Nicholas, à l’abri des regards indiscrets. Heureusement, il semblait être vraiment parti. Pour le moment, du moins. « Ce mec est un égoïste, il ne pense qu’à sa petite personne. Je ne comprends pas comment des filles peuvent sortir avec lui. » La jeune métisse posa ses yeux horrifiés sur son ami. Comment une jeune femme pleine de bons sens aurait-elle pu tomber amoureuse de ce mec ? Cette idée la révulsait. Et pourtant, elle était persuadée qu’il avait un harem à sa disposition, puisqu’il était populaire. « J’en ai aucune idée, moi non plus. Je déteste tellement ce genre de type… Brr. » Elle frissonna. Dire qu’elle était l’une de ses proies potentielles ! Cela ne la rassurait en rien. Ceci dit, en y songeant, cela lui rappela à quel point Nicholas avait été formidable. A ce souvenir chaleureux, elle ne put réprimer un léger sourire, plutôt discret. « Si tu veux, on peut aller se boire un verre après s’être changé ? » Cette proposition était tellement alléchante ! Comment refuser ? Aussitôt, la métisse élargit son sourire – qui illumina son visage – et sautilla presque sur place. « Oh oui ! Ca me ferait vraiment plaisir. Et je crois que j’en ai besoin. Mais à une condition : c’est moi qui t’invite ! Je te dois bien ça. » Elle ne reviendrait pas sur les termes de ce « contrat » oral. Après tout, il avait été vaillant en prenant sa défense. Et elle appréciait grandement les qualités de son ami. Sans attendre sa réponse, elle s’approcha de lui et déposa un baiser sur sa joue, en signe affectueux de sa reconnaissance. « A toute, alors ! » Aussitôt, elle s’éclipsa à son tour pour rejoindre les vestiaires des filles. Dedans, toutes parlèrent de l’événement « Jake/Zelika/Nicholas ». Il faut dire qu’il était rare qu’il y ait des tensions évidentes de la sorte et une humiliation d’un joueur en publique. La jeune métisse espérait que, dans les vestiaires d’à côté, tout se passerait bien. Elle ne s’en remettrait pas si un problème surgissait à l’instant, par sa faute. Quoiqu’il en soit, après une bonne douche, elle passa ses vêtements simples et prit le temps de se coiffer, pensive. Plusieurs fois, des filles vinrent lui parler pour la rassurer et exprimer leur colère sur le harcèlement. Zelika était d’accord : il fallait y remédier. Déterminée, elle souhaitait absolument que cela cesse dans l’établissement. Et c’est sur ses pensées, et ses souvenirs, que la jeune femme se rendit devant le terrain d’entraînement où le jeune Nicholas l’attendait. Elle s’approcha de lui, par derrière, heureuse de le retrouver. « Heeey ! Re. J’espère ne pas avoir été trop longue. » Dit-elle, sans oser lui demander comment s’était déroulé les minutes passées en la compagnie de Jake, dans les vestiaires. Elle n’arrivait pas à oublier, malgré toute sa bonne volonté, ce qu’il s’était passé. Ni à quel point son ami avait été formidable…

CODAGE PAR AMATIS
Revenir en haut Aller en bas
Nicholas Liang
JE SUIS À PROVIDENCE
JE SUIS À PROVIDENCE
avatar

je suis à Providence depuis le : 07/04/2018 et j'ai rendu : 451

MessageSujet: Re: What's in your head? || feat. "Nika" ||   Jeu 14 Juin - 16:02

What's in your head?

Another head hangs lowly. Child is slowly taken and the violence caused such silence. Who are we mistaken ? But you see : it's not me, it's not my family. In your head, in your head, they are fighting with their tanks, and their bombs and their bombs, and their guns. In your head, in your head, they are cryin'.  


Des gars comme Jake, il y en avait des dizaines à l’appel sur ce campus – malheureusement personne pour les arrêter ou les descendre de leur piédestal. On a tous une éducation, la mienne a certes été très rude mais j’me dis que je suis devenu une bonne personne contrairement à ces gosses qui se croient tout permis. Malheureusement, après l’université, ces mêmes types seront dans le monde du travail et traiteront les femmes comme de la merde. Ça me déprime … mais là, tout ce qui m’importe, c’est que Jake n’a plus ses sales pattes sur Zelika. Il est reparti « la queue entre les jambes » comme dit l’expression, et surtout vexé comme un gosse. Je sais très bien qu’il n’en restera pas là, lui et ses deux acolytes ont un Q.I tellement bat qu’ils réfléchissent avec les poings avant tout autre chose. Seulement ici, je ne pouvais rien faire au risque de perdre ma place de capitaine, ou encore pire, me faire virer de l’école. Pour le moment, c’est bien la dernière chose qui me préoccupe. Je demande à mon amie comment elle va, si cet abruti ne l’a pas trop choqué. Nous parlons rapidement de cet abruti, car oui, il n’y a pas d’autres mots pour le designer. Puis je propose à Zelika d’aller boire un verre pour nous détendre, après que l’on se soit changé. Elle accepte, mais propose de régler la note pour me remercier. Elle sait très bien qu’une fois de plus, j’aurais joué les hommes galants et que j’aurais payé l’addition, mais je ne veux pas la contrarié. « D’accord, je te laisserais payer mais c’est parce que je ne veux pas de problème ! » Je souris lorsqu’elle dépose ses lèvres contre ma joue. Puis elle disparaît vers les vestiaires. Comme un idiot, je reste planté là, sans vraiment comprendre ce qu’il vient de se passer. Finalement je décide de bouger, il manquerait plus qu’elle soit prête avant moi. Je passe à mon tour la porte des vestiaires pour rejoindre celui des garçons, j’ai quand même une appréhension de devoir faire face à Jake. Quand je pousse la porte, la plupart sont déjà parti… vous connaissez les mecs et l’hygiène, ça fait deux. Etrangement, Jake et ses deux toutous sont partis aussi. Je retrouve Drew qui m’attendait sur le banc. « Mon pote t’est dans la merde. Jake parle de se venger de son humiliation. Il est partit sans se changer. » Je soupire, après tout, je m’y attendais. « Sérieux, tu devrais avertir le coach. » Je regarde Drew, puis lui répond « ça ne ferait qu’aggraver les choses. J’vais le remettre à sa place ce petit con prétentieux. » Je sais que ce n’est pas la bonne solution, mais malheureusement avec Jake, il n’y a pas grand-chose qu’il comprenne. J’enlève ma tenue de football, et me glisse sous la douche. Je me demande ce que cet idiot prépare derrière mon dos, mais je ne me laisserais pas faire. Je finis de m’essuyer et enfile un jean et avec un polo bleu ciel. Je coiffe mes cheveux humides en arrière, mais sans gel, ils ne risquent pas de tenir très longtemps. Puis je range tout dans mon sac de sport, et retourne sur le terrain. Zelika n’est pas encore prête, alors je m’assois sur le banc et sort mon portable. Je lis quelques messages et parcoure les news sur Facebook quand la métisse arrive. Je me lève et lui répond : « t’inquiète, je viens juste d’arriver. On va au Monet’s ? » J’aimais bien cet endroit, c’était calme, et l’ambiance était assez hippie. Ce n’était pas très loin du campus, on pouvait largement y aller à pied. Mon sac de sport sur l’épaule, nous quittons le stade tous les deux. « Les cheerleaders sont prêtes pour le dernier match de la saison ? » demandais-je pour entamer la discussion.
CODAGE PAR AMATIS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forevertry79.tumblr.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: What's in your head? || feat. "Nika" ||   

Revenir en haut Aller en bas
 
What's in your head? || feat. "Nika" ||
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» DART to Haiti - Words of Thanks to Canadian Head of State
» Nika
» Buy you gotta keep your head up { Adam Carter
» you say good morning when it's midnight going out of my head alone in this bed ∞ 6/11/11 4h35
» GHOST IN MY HEAD (ft. THE peacekeeper)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ever true to Brown !  :: YOUR STORY ISN'T OVER :: RPS TOUJOURS EN COURS-
Sauter vers: