AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 are u kidding me (becane)

Aller en bas 
AuteurMessage
Romane Rogers-Morris
JE SUIS À SINGAPOUR
JE SUIS À SINGAPOUR
avatar

je suis à Providence depuis le : 21/04/2018 et j'ai rendu : 135

MessageSujet: are u kidding me (becane)   Mer 2 Mai - 23:51





Take it from the girl you claimed to love. You gonna get some bad karma. I'm the one who had to learn to build a heart made of armor. From the girl who made you soup and tied your shoes when you were hurting.

Vous êtes gourmand et vous avez tendance à grossir facilement. En plus, la situation se complique singulièrement, car la nourriture est pour vous un refuge, une consolation, une compensation. Pathétique présage, incapable individu désirant une croyance irréductible du lecteur. Enfant du réel, impossible de suivre les phénomènes surnaturels comme l’astrologie. Iris claires survolant les mots du journal. Se faire une raison ? Laisser couler ? Exploser ? Fureur inégalable, ouragan désirant se faire entendre par la rédaction de ce torchon. Clapotis déterminés contre le bitume, escarpins contre le parvis de l’université, toison ténébreuse voguant au gré de la démarche assurée. Enfant désirant exprimé son énervement au premier venu, l’artiste se prônant en défenseur de l’être humain. Mots blessants imprimés sur le papier journal, ils s’étaient frottés au mauvais poisson. Romane la danseuse. Romane l’artiste. Romane le poisson. Épiderme de bronze s’embrasant sous le soleil de Providence, protection salvatrice avec le cuir de sa veste. Tenue décadente pour la rogers-morris, pourtant l’astre solaire brillant de mille feux l’encourageait dans cette direction. Amazone en quête d’une bataille, elle la trouverait en ce jour. Porte s’ouvrant à la volée, les ténèbres s’acharneraient sur ce journal. Image d’ange s’effritant pour la diablesse intérieure. Ce désir d’antan, impossible de passer cela sous silence, l’enfant s’écrasait éternellement devant ses aînés. La situation changerait pour effectuer un précédent sans nom. — Qui écrit ce ramassis de connerie ? Papier journal cinglant contre le bois du bureau. Attente durable de la désignation d’un coupable, Romane désirait des réponses rapides et claires. Une dénonciation sans remords, émeraudes scrutant la pièce pour repérer le coupable. Enfant qui se voulant dans l’accusation, état d’esprit vengeur, accumulation de non-dits d’antant revenant à la charge dans une situation unique en son genre. Prévisions astrologiques qui importent certains esprits influençables, être de faiblesse crédule pour la moindre chose.

(c) SIAL ; icons sial
@rebecca parker




Dernière édition par Romane Rogers-Morris le Dim 6 Mai - 0:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rebecca Parker
JE SUIS À PROVIDENCE
JE SUIS À PROVIDENCE
avatar

je suis à Providence depuis le : 26/04/2018 et j'ai rendu : 532

MessageSujet: Re: are u kidding me (becane)   Jeu 3 Mai - 18:28


Les lunettes de soleil de Rebecca lui écrasaient le nez, les vieux carreaux des fenêtres laissaient passer un mince filet de lumière, lequel s’acharnant à pousser contre l’épaule de la demoiselle, elle qui se battait contre une gueule de bois - personnage affreux des contes d’adultes - et si par moments elle relevait le nez sur l’extérieur, Rebecca préférait être l’oiseau d’intérieur, cantonné à sa cage, somme de toutes les protections qui semblaient s’appliquer à elle, les deux pieds posés nonchalamment sur le rebord de l’accueil, elle faisait les mots croisés.

Souvent dans le souvenir des lecteurs, l’astrologue est cet animal bancal, sournois et porté par ses connaissances sans réel attachement à qui lira, qui ne lira pas. Et souvent, il vaut mieux lire cette rubrique en diagonale, retenir les formes des signes, les tournants des astres - ne pas s’attarder sur les phrases hasardeuses imprimées en noir et blanc.


Alors personne ne se dit que parfois, Rebecca s’interroge sur le tirage de la semaine, en scrutant les détails entre Verseau et Capricorne, elle, plus superstitieuse qu’elle ne le laisse paraître préfère écrire à propos des chutes et des perditions de l’espace, si ça vient d’elle, au moins, elle n’est pas obligée d’y croire. 

Et contrainte de voir s’attarder dans le rectangle ensoleillé une de ces créatures tourmentées, sans doute fulminant pour la lenteur de son épanouissement personnel, Rebecca glisse ses lunettes noires sur le bout de son nez, avant de les retirer, sourire perçant, docile. « Ça dépend, de quoi tu veux parler? De l’article sur la chute des cheveux peut être….. hm- non, attends, la critique du dernier Avengers? Ah, je comprends, on a été un peu vaches sur ce coup. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Romane Rogers-Morris
JE SUIS À SINGAPOUR
JE SUIS À SINGAPOUR
avatar

je suis à Providence depuis le : 21/04/2018 et j'ai rendu : 135

MessageSujet: Re: are u kidding me (becane)   Dim 6 Mai - 1:18





Take it from the girl you claimed to love. You gonna get some bad karma. I'm the one who had to learn to build a heart made of armor. From the girl who made you soup and tied your shoes when you were hurting.

Décadence d’un métier d’information, cet organe de presse si précieux pour les libertés fondamentales de l’humain. Bataille menée à jamais pour obtenir la libre expression du peuple, des révolutions entières se basant sur le simple ban de cet organe. Enfant du peuple prenant à coeur sa voix, enfant vexée par l’idée même que le journal du campus puisse devenir un vecteur à ce genre d’inepties sans nom. Hypothèses ancrées sur le papier, des mots durs et peu réconfortant dans l’idée. Révolutionnaire timide laissant cette facette de sa personnalité au placard. Comme d’autre facette d’elle. Poupée se mouvant avec une ambition sans nom. Une rétraction du journal, des excuses pour une mauvaise utilisation de la langue de shakespeare. Pouvait-on dire que les anglais avaient raison sur la décadence américaine. Sûrement. Certainement. Probablement.
Femme énervante. Unique pensée capable de sortir d’un océan de confusion. Tourbillon fourmillant pour ne former que confusion et silence. Stupide. Pathétique. Killer outfit. Pussy personnality. Poupée qui se voulait hoplite alors qu’elle n’était que la vile représentation d’Hélène. Kidnappée sans rien dire dans une nouvelle vie. Incapable d’exprimer ce qu’elle souhaitait, bloquée devant son interlocutrice pour trouver les bons mots. Retrouver le bon ton. Sûre. Assurée. Tout ce qu’elle voyait s’effriter pour ne devenir que confusion. — Je.. euh… J’ai pas besoin de vos avis pour apprécier un film.
Try again. Poupée qui s’éloigne du sujet, nymphe frustrée s’énervant contre ses cheveux, phalanges rudes poussant les brindilles ténébreuses en arrière. Un timbre de voix qui se tentait plus assurer alors que c’était la panique intérieure. Le bouton d’alerte avait été déclenchée et la partie capable de placer plus de deux mots dans une phrase sensée avait déclaré forfait face au challenge. Que se passerait-il si ce comportement refaisait surface devant des amis de la famille ? Trop risquée et pourtant incapable de faire marche arrière et quitter à jamais ces lieux sans marques de guerre.
(c) SIAL ; icons sial
@rebecca parker


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rebecca Parker
JE SUIS À PROVIDENCE
JE SUIS À PROVIDENCE
avatar

je suis à Providence depuis le : 26/04/2018 et j'ai rendu : 532

MessageSujet: Re: are u kidding me (becane)   Mer 9 Mai - 21:44

« Mhh.. » Les coudes de Parker glissent sur le bureau, elle pose sa tête entre ses mains, les joues tiédasses , s’écrasant sous les contours de ses doigts, elle sent sa mâchoire claquer sournoisement. Beck regarde la demoiselle, à moitié vide de souffle qui agite son exemplaire, mollement comme si à tout moment il allait tomber à ses pieds. Elle meurt à l’intérieur de son pull, Beck, elle l’a porté toute la journée à ne pas savoir quel temps il allait faire, frileuse à mi-temps, en fonction des gens, pour la fille en face d’elle, elle aurait nécessairement beaucoup trop chaud. Rebecca ôte son pull, les cheveux électriques, les bras s’entrecroisant pour se débarrasser de son cachemire, elle revient directement à sa camarade fumante, quelques mèches gourmandes embrassant le tiers de son visage, Beck poursuit: « La critique ne détermine pas l’avis d’un lecteur, elle donne un avant-goût. C’est au lecteur de choisir s’il ira oui ou non voir le film, mais dans tous les cas s’il décide de franchir le cap, c’est de son libre-arbitre que ça dépend… ce qu’on a écrit jouera forcément sur ses impressions et dans le meilleur des cas, ça nuancera sa propre vision de l’histoire. »

Il n’y avait pas foule en semaine, tout simplement parce que le semestre touchait à sa fin, mais il était rare que Beck préfère au journal la foule étudiante. - Elle indiqua des yeux qu’il y avait plusieurs chaises à disposition, si la discussion venait à se poursuivre - non pas qu’elle l’encourageait, elle n’avait pas vraiment de préférence, d’ailleurs, si elle s’attardait sur quelque chose, c’était le dégradé négligé de ses paroles, elle s’imaginait son nom, ça devait être fort, un peu trop vif pour son visage; Victoria? Ou Salomé? Les ongles de Beck attaquaient le bois, mais sagement, elle continuait à lever ses hypothèses, sur son inconnue. « La liberté d’expression amène les plus désastreuses révoltes. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Romane Rogers-Morris
JE SUIS À SINGAPOUR
JE SUIS À SINGAPOUR
avatar

je suis à Providence depuis le : 21/04/2018 et j'ai rendu : 135

MessageSujet: Re: are u kidding me (becane)   Mer 23 Mai - 0:07





Take it from the girl you claimed to love. You gonna get some bad karma. I'm the one who had to learn to build a heart made of armor. From the girl who made you soup and tied your shoes when you were hurting.

Forêt s’échappant de son intérêt pour observer les moindres faits et gestes de l’interlocutrice, atmosphère lourde, poupée suffocant devant la cruelle réalité. Désillusions entières sur l’avenir de cet échange, pathétique enfant incapable de suivre le plan répété sur son itinéraire vindicatif. Fil de l’enfer électrisant, phalanges désireuses de s’évader sur l’ivoire de la jeune femme, épiderme saccagé, morsure douloureuse de sa lèvre inférieur. Carmin de ses lippes tenaces, impossible de le séparer de son épiderme si ce n’est par l’intense bataille acharnée de deux êtres. Gourmandise prohibé par la cellule familiale, illusion à poursuivre pour ne pas échapper à leur contrôle. — fuck. You’re so hot. Myocarde échappatoire, contrôle à jamais offert à la confusion dominante. Élocution divaguant sans trajectoire précise, électrocution nette de son cortex cérébral dirigeant la raison. Iris d’émeraude offrant le chaos de l’âme, pathétique poupée incapable de laisser la bonne réaction s’offrir à elle. stupide. Inutile. Enfant guidée par ses fantasmes de romane, passion charnelle n’étant qu’arbitraire dans une cellule familiale aussi complexe. Fille prodigue. Égarée sur le chemin de la raison, poupée hagarde laissant ce faciès ébahi par ses propres propos. Gamine effrayée par l’idée même d’une conséquence quelconque de ces quelques syllabes. Existence en lambeaux pour l’admission de ce fantasme qui demeurerait résident du royaume des songes. Jargon hermétique aux attentes d’un clan, myocarde chavirant sous l’attaque, extraction rapide à effectuer avant l’apocalypse prochaine. — I-I mean, I should go. Yeah. I gotta go. Pulsion étrangère de se mettre au plus près de son interlocutrice. Enveloppe charnelle reprenant un contrôle total sur le myocarde défaillant, escarpins claquant ses pas en arrière. Entrée bruyante, sortie bordélique en perspective.
(c) SIAL ; icons sial
@rebecca parker


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rebecca Parker
JE SUIS À PROVIDENCE
JE SUIS À PROVIDENCE
avatar

je suis à Providence depuis le : 26/04/2018 et j'ai rendu : 532

MessageSujet: Re: are u kidding me (becane)   Mer 23 Mai - 1:20

it’s okay, i was bored, anyway’ Y a eu une de ces coupures de courant humaine qui amènent vers les folies, l’air passait sous les portes sans faire atteinte à la chaleur, elle semblait stagner dans l’oxygène et bloquer les poumons de la demoiselle dont elle connaissait pas le nom, mon dieu ce que c’était con. Le local était une sorte de demi-serre où la moitié du toit dans une forme à moitié octogonale laissait passer le soleil ravageur et Beck savait que sa main était beaucoup trop chaude, autant que le reste de sa peau, elle pouvait se dédouaner comme ça, faire passer la décadence de ses mouvements pour une insolation passagère, mais ses yeux rencontraient ceux de sa lectrice, elle avait déjà deviné le synopsis et sa quatrième de couverture finirait sur la porte de Beck avec ses soit-disant nombreuses conquêtes. 



Ses yeux se dessinaient noirs mais avec les tournants des rayons ils dévoilaient leur surface désinvolte, teinte plus claire qui en révélait trop alors, Beck la tirait, doucement pour entendre claquer ses talons au moins une fois, dans tous les cas elle la retenait, maintenant, elle l’avait au bout de ses doigts comme une fleur qu’on s’apprêtait à cueillir, mais sans pour autant la défaire de ses racines,  à la taille, pas à la nuque, parce que le gâchis ce n’est pas son truc à Rebecca, elle veut tous les contours de sa peau sur la sienne, ce qui transparait en une fraction de seconde la laisse valser dans un flot de sentiments contradictoires, mais, elle l’a dit, elle s’ennuie profondément. ‘you still wanna go? i thought you were pissed about this week’s issue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Romane Rogers-Morris
JE SUIS À SINGAPOUR
JE SUIS À SINGAPOUR
avatar

je suis à Providence depuis le : 21/04/2018 et j'ai rendu : 135

MessageSujet: Re: are u kidding me (becane)   Mer 30 Mai - 21:04





Take it from the girl you claimed to love. You gonna get some bad karma. I'm the one who had to learn to build a heart made of armor. From the girl who made you soup and tied your shoes when you were hurting.

Irréalisme soudain, perdition dans le comportement inhérent de l’étrangère, incompréhension certaine dans son expression. Irrémédiable envie de devenir la proie, désir intense de fuir devant ses propres bêtises. Où était l’éloquence dont elle était maîtresse depuis tant d’années, charisme effacé au détriment de cet étrange personnage. Perdition d’un langage entier devant son interlocutrice, court-circuit certain de ses capacités cérébrales pour ne devenir qu’une loque incapable de laisser ses pensées passaient la barrière physique. — It was nothing. Really. I will leave you to this boring office. And here it’s the exit. Forêt brimée dans ses iris, enfant incapable de trouver le chemin vers la salvation, hypnotisée par les traits de sa compère. Poupée dérogeant à son éducation, incapable de penser à ce genre d’ineptie et pourtant succombant une fois de plus aux démons parsemant ses nuits. Princesse d’une famille dont la tradition était maîtresse, couronne fictive qui n’était dû qu’à son rang de benjamine, devait-elle pour autant se laisser tomber dans les bras d’une union arrangée pour sauver sa propre peau. — You know what ? I’ve got nothing to lose here. It is so mean to write this kind of bullshit for the zodiac review. You should be ashamed of yourself. Enfant qui ne l’était plus, bourgeon éclot pour offrir ses épines à ce monde. Pourtant. Toujours un pourtant dans ces situations, ce rouge ne s’échappant pas, incrusté sous l’épiderme de ses joues pour la trahir dans toutes les situations. Sentence irrévocable pour l’enfant, elle ne jouerait point en ce jour dans la cour des grands. Invivable hiver prenant son absence pour laisser le printemps s’épanouir pleinement en ces lieux.
(c) SIAL ; icons sial
@rebecca parker


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rebecca Parker
JE SUIS À PROVIDENCE
JE SUIS À PROVIDENCE
avatar

je suis à Providence depuis le : 26/04/2018 et j'ai rendu : 532

MessageSujet: Re: are u kidding me (becane)   Mar 5 Juin - 2:44

Dévoiler les pétales terribles, chose que tous les hommes ne feraient pas entre eux, se révéler être des fleurs ça les rend vulnérables, malléables, on les emporte au gré du vent. Les billes sombres au fond des yeux de Rebecca s’allument sans bruit, elle a ce comportement de chat, prudent qui semble inquiet mais qui est simplement calculateur, elle a retiré sa main, elle sait qu’elle y a laissé une tiédeur significative et les fenêtres sont encadrées de soleil, ça n’a pas changé, elle peut voir se projeter sur le bras de la fille une ligne droite et pleine, la ligne perce l’inconnue, tranchante, comme une lame, comme le sourire de la Sears. ‘Fortune tellers… magicians… astrologists… does it matter at all?’ 



L’exemplaire se déplie, elle connait les pages par coeur, a passé la nuit d’avant à préparer une version propre, soignée, à la police composée dignement, elle s’imagine journaliste, parfois, une voie possible, elle aime voir entre ces feuilles comme entre celles du thé… Rebecca dégage ses cheveux, ils commencent à être longs, à jouer avec les bords de sa nuque - les picotements perturbateurs, un équilibre rompu, des centimètres de trop, c’est une question de ressenti. Pas vrai? ‘When I talk about Pisces being sensitive pieces of shit I focus on one side of the prism, I don’t really advocate all of the others, ‘cause it’s about the story I wanna tell. Come back tomorrow and I’ll tell you what a fierce mind you have, how you can overcome this, that and all of the above… but next Friday you will drown in an ocean of disillusions. Faith without a god isn’t whether or not you are able to live without a superior model, it’s about how far you’re willing to go to believe in anything at all, the same way astrology is something you choose to hold onto, or let go. So really should I? Be ashamed I mean?
Elle essayait de calmer sa théorie, d’interrompre le débat, elle s’en fichait bien au fond de ce que pouvait penser le réceptacle de toutes les frustrations accumulées, elle ouvrirait bien les vannes d’un coup, histoire que tout ce qu’elle commence à installer dans la pièce avec ses regards déguerpisse, mais c’est la pression de ses mots sur l’air qui ont tout leur intérêt, une brûlure bénigne, cette fille, une cuite dont on se remettra sans doute, cette fille. ‘What was your name already…. Mmmh… Renata? Abigail? Maybe… Mona... Ramona?

@Romane Rogers-Morris
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Romane Rogers-Morris
JE SUIS À SINGAPOUR
JE SUIS À SINGAPOUR
avatar

je suis à Providence depuis le : 21/04/2018 et j'ai rendu : 135

MessageSujet: Re: are u kidding me (becane)   Jeu 14 Juin - 23:58





Take it from the girl you claimed to love. You gonna get some bad karma. I'm the one who had to learn to build a heart made of armor. From the girl who made you soup and tied your shoes when you were hurting.

Épine terrible s’offrant aux idéaux étranges de son interlocutrice. Imbroglio d’une conversation, issue qui semblait si incertaine en cet instant et pourtant. Désir présent de lui mettre une raclée, gamine savant que la brune ne lui répondrait qu’avec malice et cette insuffisance non dissimulée dans son timbre vocale. Iris colériques, pupilles dilatées sous l’adrénaline. Rhétorique capable de parer la moindre de ses phrases. Sentence irrémédiable dont la jeune poupée ne pouvait se dépatouiller. Rebecca Parker. Cauchemar ambulant dans un corps capable d’inciter les songes les plus érotiques possible. — Goddarn it. What does it take to shut you up ? You’re insufferable, do you know that ? Phalanges insistantes contre le bois de la table, énervement à son comble face à la jeune femme. La théorie de l’évolution ne devait certainement pas s’appliquer à ce genre de cas, la malice malsaine de venir l’énerver encore plus. Simple mots mis bout à bout pour former une remarque encore pire que la précédente. Rebecca Parker. L’univers n’avait fait personne de pire visiblement. Trophée offert sans aucun match à la brune. — You know my name, don’t mock me. Your little newspapers wrote a paper about my « impressive » grades last year when I was major of my promotion. Phalanges blanchies, poings serrées pour se retenir. Colère qui n’avait jamais atteint ces proportions, poupée qui semblait apprécier d’alimenter sa colère. Pacifiste regrettant ses voeux de rejet de la violence à l’heure actuelle, sourire perdu au profit de sa resting bitch face. Entraînement constant auprès de l’aîné de la fratrie, unique personne capable de venir l’énerver dans ces capacités. Challenger trouvé visiblement, hors de question que les deux compères s’allient dans un futur. Simple horoscope tournant au ridicule, raison de sa présence s’évaporant comme l’intérêt de ces joutes verbales. Inutilité de la situation alors pourquoi se l’infligeait plus longtemps, un détour qu’elle ne referait certainement plus vers le journal de l’université. Encore mieux. Elle boycotterait cette lecture si pathétique de son existence. Problème réglé. Le Times et le Washington Post suffiront à présent pour s’informer sur la vie courante. Conversation en tout point stérile.  
(c) SIAL ; icons sial
@rebecca parker


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rebecca Parker
JE SUIS À PROVIDENCE
JE SUIS À PROVIDENCE
avatar

je suis à Providence depuis le : 26/04/2018 et j'ai rendu : 532

MessageSujet: Re: are u kidding me (becane)   Dim 24 Juin - 19:02

‘Oh- right, Romane Rogers-Morris, incredible looks, mind-blowing grades...’

....and one shithead of a brother. Eyes rolling for the next ten seconds, meeting the uncovered amount of skin she dares exposing, Rebecca has a swollen heart and one already full head, there was a peculiar rhythm in the girl’s voice as if she was not ultimately made of human flesh. Somehow Parker struggles understanding what is tying both the skin and lace, multiple times she pictured their eyes meeting without words to fire at gunpoint. She hid beneath the heat and sun, not quite aware of what she was provoking, the Diman child operated on her mind and made everything very clear, from the very beginning Rebecca had zero to no intention of keeping her guard up with Romane.

Mains catastrophes, incapables d’actionner le mécanisme, seul ses yeux s’animent d’une envie passagère de répliquer, mais Rebecca, animal carnassier, immobile en apparence ne cillerait pas à voir Romane Rogers-Morris mettre le feu à la pile de journaux imprimés la veille. L’odeur de l’encre distrait, elle embaume le local déjà plein de poussière aux verrières encrassées. De loin les deux lionnes en asymétrie paraissent irréprochablement floues, mais à quelques secondes près l’image veut les confondre. 
Embrasser, ou bien l’enchaînement d’images contradictoires, se veut un ravissement mais est davantage un empressement, comme Rebecca allumant les traits monochromes de Romane, la paume chaude et tendant à se tordre, doucement parce qu’elle, en général préfère rencontrer l’autre personne à mi-chemin, cela dit plus leurs paroles hallucinées s’enchaînaient plus elle trouvait Romane près de la porte, les dents de Rebecca se dévoilant sous un jour rouge et tendre, ‘i know your name, of course i’d know your name...’
Union inégale, dans laquelle elle vole son air à la Diman, cherchant de sa bouche la sienne et tentant d’y articuler un semblant de réponse à sa requête, pour se taire il faudra d’abord trouver un moyen de l’empêcher de parler, c’est simplement mathématique et non pas symptomatique.
L’embrasser n’avait rien de personnel. N'était pas non plus l'élan d'une quelconque faiblesse pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: are u kidding me (becane)   

Revenir en haut Aller en bas
 
are u kidding me (becane)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Phillys J. Smith - Somebody saves me ! Are you kidding me ? I graduate MIT, I'm like super clever.
» Big Boss feuweu à bécane : zeuh déballage (bcp d'images)
» Bonne orthographe créole - bien écrire le créole haïtien
» [TERMINE] No Kidding ?? /Ethan
» Come here, we'll be friends. No, just kidding, you'll be my servant. ~ Alekseï

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ever true to Brown !  :: YOUR STORY ISN'T OVER :: RPS TOUJOURS EN COURS-
Sauter vers: