AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (belly) yeux disent le contraire

Aller en bas 
AuteurMessage
Billy Osborn
JE SUIS À SINGAPOUR
JE SUIS À SINGAPOUR
avatar

je suis à Providence depuis le : 05/04/2018 et j'ai rendu : 724

MessageSujet: (belly) yeux disent le contraire   Mar 26 Juin - 16:30


enchanté, (Antoine), je brise les rêves et les cœurs mais j'ai un bon fond, promis

Défilé de couleurs, couche sur couche, toile moderne en dégradés sous les yeux, les parfaites vies, dégringolades de mots importants, trop importants elle qui savait plus parler sauf par moments, pour un message ou deux. Son portable, son anesthésiant à force, le miroir de la réalité où les sourires instantanés venaient bercer les solitaires, Billy était de ces enfants embarqués dans des voyages qui n’appartenaient qu’à eux. Elle ne cherchait pas à peindre le ciel de là où elle se tenait, sur l’autre bout du monde, là où elle aurait pu plonger dans n’importe quel océan de désillusion. Non, pour quoi faire? Parce qu’elle avait réussi à suivre cette course du coeur, cet acharnement inutile à apprécier, affectionner, confectionner des attentions, trouver une main trop grande à tenir dans la sienne. Alors elle sortait gagnante, non? Le palpitant en vient à ralentir devant les pixels encore couverts de traces indélébiles.
Seule photo prise de lui au dessus des deux fatals; décrocher et ignorer.
Felix, on a l’impression de collectionner les souvenirs mais c’est un leurre. Oui, elle se rappelle avoir cherché son visage sous les casques compliqués des joueurs en face et oui, elle se souvient des cascades rouges embrassant ses contours, par moments, comment oublier? Mais le rectangle pâle et sans réelle date dans son coeur s’affiche, flou, capture pas droite, pourtant elle se redresse, un regard vers la porte comme une envie de s’évaporer dans l’air, se confondre à un oxygène que personne n’a partagé avec elle, qu’on ne peut pas lui voler, à raison de s’élancer trop loin, et ça a jamais été le cas pour eux. Comme la photo de Felix n’a pas véritablement lieu d’être mais dans tous les composants de son organisme irréaliste, elle espérait lui laisser une place, dans ce qui paraissait être l’univers le moins personnel qu’elle aie jamais créé. Et pour cette raison, seule, Felix s’accaparait l’espace, il s’arrêterait pas, hein? Le reflet de Billy fait des vagues sur l’écran, et petit à petit il se confond à celui du gallois.  
« Tu sais qu’à Cardiff il est 2h du matin hein? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Felix Glendower
JE SUIS À PROVIDENCE
JE SUIS À PROVIDENCE
avatar

je suis à Providence depuis le : 20/06/2018 et j'ai rendu : 12

MessageSujet: Re: (belly) yeux disent le contraire   Mer 27 Juin - 0:21

C’est fou comme un simple point dans la frise temporelle de votre vie peut changer complètement la direction qu’elle prend. Un père malade, c’est tout ce qu’il a fallu pour que Felix saute dans l’avion sans se retourner. Il avait abandonné Providence, ses amis, ses projets simplement parce que son paternel avait eu besoin de lui. Il avait laissé derrière lui Billy, non sans une once de culpabilité mais il n’y avait jamais eu de choix à faire. La famille par dessus tout, ça avait toujours été ainsi chez les Glendower. Une promesse qui n’a jamais été énoncée à haute voix mais qui semble prendre effet dès qu’un bambin pousse le premier cri qui scelle son destin dans cette famille aux ambitions jamais trop grandes. Fils unique, fils exemplaire, fils idolâtré. Monsieur et Madame Glendower n’avaient de cesse de chanter les louanges de l’unique fruit de leurs entrailles, sans s’arrêter une seconde pour se demander si ce n’était pas un peu trop pour les épaules de leur enfant. Felix n’est pas parfait, mais il fait comme si pour coller à cette image que ses parents se font de lui. Peut-être que c’est de là que lui vient le goût pour la comédie et les planches de la scène.

Quand il a posé à nouveau ses valises dans sa chambre, ses pensées se sont tellement bousculées qu’il a craint une seconde que sa tête n’explose. Feu d’artifice au vacarme assourdissant comme autant de bombes aussi silencieuses qu’étourdissantes. Il a l’impression que ça fait une éternité qu’il a quitté le campus. Ces dortoirs ont toujours été sa maison, pourtant aujourd’hui les murs lui semblent bien étrangers. Il s’assied sur son lit encore parfaitement fait et sort son téléphone de sa poche. L’espace d’un instant, il repense à son séjour à Cardiff en fixant l’écran éteint. Il s’en est passé, des choses. Il a beaucoup à lui raconter, mais il a l’impression qu’elle le fuit. Peut-être qu’elle a appris l’inévitable, et qu’elle lui en veut. Il n’y a qu’une manière de le savoir. Il lance l’appel comme un coup à l'aveugle, en n’étant pas tellement sûr de souhaiter qu’il atteigne son but. L’angoisse le prend aux tripes quand l’écran change pour laisser apparaître Billy, mais il ne peut pas empêcher un sourire d’étirer ses lèvres quand il croise le regard pixelisé. Elle croit qu’il est encore à Cardiff, parce qu’il voulait lui faire la surprise. Comme si ça pouvait effacer ce qu’il avait fait, là bas. « Non, j’suis plus… j’suis plus à Cardiff. Mon père a repris du poil de la bête, on dirait. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Billy Osborn
JE SUIS À SINGAPOUR
JE SUIS À SINGAPOUR
avatar

je suis à Providence depuis le : 05/04/2018 et j'ai rendu : 724

MessageSujet: Re: (belly) yeux disent le contraire   Mer 27 Juin - 2:54



« Comment ça t’es plus- » Elle aurait aimé qu’à cet instant précis l’image se fige pas, son expression en réalité qui s’est étirée dans la seconde d’un sourire, couvert ses joues de teintes fébriles, activant son mécanisme de secours, celui qui bat quand l’autre se bloque dans le processus. Humainement c’était impossible de lui être insensible, elle gardait la proximité illicite qu’elle avait eu depuis le début avec Felix dont les contours paraissaient pour beaucoup fragiles mais elle avait collectionné les tentatives de se faire à l’idée qu’il ne sortirait pas de sa tête, ni l’élan perturbateur de son accent ni les soubresauts de sa voix, au final ils allaient avec cette boucle infernale dont on lui avait prié de sortir.
 Et dans ces moments futiles où les conversations sont entrecoupées par les kilomètres il y a sans doute un trop plein d’absurde, mais Billy, en parlant trop vite oublie le cadre monochrome dans lequel elle s’est plongée, n’étant même pas certaine de l’heure qu’il est, du jour ou de la nuit, si elle doit parler plus ou moins fort ce qui a tendance à allumer son visage par endroits - ou bien c’est Felix, toutes ces parties froissées reprenant forme petit à petit. - « Oh. D’accord. »
Elle se demande s’il va réussir à compléter ces lettres qu’elle n’envoie pas, qu’elle n’a pas l’air de vouloir ou de pouvoir écrire, quitte à dessiner à sa place les boucles américaines qui rendent son accent trop doux, trop passe-partout tandis que le sien est venu soulever ses poumons et les remplir d’air. Y a les paroles d’Adan qui tournent dans sa tête. Elle s’met à rire, c’est plus fort qu’elle, ça lui soulève le corps comme si elle était rien que le soufflet d’un accordéon. Pourtant ça s’lit sur son visage qu’elle a comme des soleils qui tracent sur ses joues follement. « C’est débile, je, écoute. Je suis désolée, j’devrais être là, je pensais- Que ça allait pas et tu te souviens du programme d'été de Singapour? Adan il a dû t'en parler, eh bah, j'y suis. » Faudrait peut-être ajouter; j'ai fui, j'ai couru, le plus loin, le plus vite possible: Felix, dans ma tête y avait une espèce de cyclone quand t’es parti je sais pas, ça a tourné pendant des jours et des jours, je crois que ça a fait comme une catastrophe mais qu’il a fallu la mettre dans ma poche et l’oublier parce que sinon j’aurais probablement voulu te sortir de là où t’avais fini, alors que c'était normal que t'y sois, c'était normal, mais comment on fait et à quoi ça sert d'essayer d'te faire croire que c'est rien. Rien du tout. Comme le sms que j'enverrai pas. « Mais il va bien alors? Tu vas bien? »


bonus pour la chouinance:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Felix Glendower
JE SUIS À PROVIDENCE
JE SUIS À PROVIDENCE
avatar

je suis à Providence depuis le : 20/06/2018 et j'ai rendu : 12

MessageSujet: Re: (belly) yeux disent le contraire   Jeu 28 Juin - 17:05

Felix a appliqué sur ses problèmes un baume en revenant à Providence. Il n’y a que là qu’il se sente en sécurité, chez lui. Il s’était fait à l’idée de la retrouver, de lui mettre les mains sur les yeux et de lui faire deviner l’identité de son ravisseur. Ils auraient souri comme des idiots et ses angoisses se seraient envolés avec le rire de Billy. Au final il n’a même pas pu attendre de la voir, FaceTime c’est plus rapide. Puis le visage de Billy s’est figé et il a tout de suite compris qu’il s’était encore fait des idées. Felix construit souvent des scénarios rudement menés dans les méandres de son esprit et s’étonne toujours quand ils ne se réalisent pas. Donc elle n’est pas à Brown. Elle est de l’autre côté de la terre. Inatteignable. Il ne pourra pas la toucher de sitôt, ni même sentir son odeur quand ses cheveux s’élèvent dans le vent. « Oh… I see. » Pause. Sa déception peut presque s’entendre dans le silence. Il sait pas tellement quoi dire. C’était pas dans ses plans. c’est lui où il a vraiment pas de chance en ce moment? Il devrait jouer à la loterie. Ou peut-être que c’est simplement le karma qui s’acharne sur lui. Il le mérite sans doute un peu, quelque part.« How is it, down there? I’ve never been to Singapore… yet. » Il sait que c’est presque un passage obligé en tant qu’étudiant de la prestigieuse université dont ils faisaient tous deux partie. C’est vrai qu’Adan lui en a déjà parlé plusieurs fois.

« Yeah, he’s… better. He just needs to rest but he will be fine, I think. » Felix a été terrifié de le perdre, il y a eu cette nuit où il ne respirait plus très bien, et le jeune Gallois a surveillé tous les soulèvements de sa poitrine en craignant que chacun ne soit le dernier. Mais le pire semble être derrière eux, il l’espère de tout son coeur. Et si le père Glendower dit souvent que l’espoir ça ne sert à rien, Felix continue à s’y jeter à corps perdu, quitte à se heurter au mur inébranlable de la réalité. Il aurait dû apprendre la leçon depuis un moment. « I’m fine. I suppose I really needed to come back here. It’s home, you know? My home across the ocean. » Il sourit doucement, lève le regard vers les murs de sa chambre avec une certaine tendresse dans les pupilles. Puis il décide, presque sur un coup de tête, de rentrer dans le tas. « Is that why you didn’t call as often? I mean, the trip to Singapore? » demande-t-il, un peu innocemment. Il veut prendre la température, il voudrait que ce soit aussi simple, sans avoir peur de la vérité qui risque de leur sauter à la figure à chaque question qui leur échappe.

si tu préfères chouiner en français:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Billy Osborn
JE SUIS À SINGAPOUR
JE SUIS À SINGAPOUR
avatar

je suis à Providence depuis le : 05/04/2018 et j'ai rendu : 724

MessageSujet: Re: (belly) yeux disent le contraire   Jeu 28 Juin - 23:16



Billy décompte les mots comme si c’était une épreuve de survie, d’habitude elle a tendance à enclencher tous les centres de son organisme pour entendre sa voix correctement, c’est pour Felix, les secondes passées à respirer trop vite pour dire les choses très mal - et tenter de ne pas gâcher le moment mais c’est plus fort qu’eux, elle a l’impression de le retrouver quelque part sur le terrain installé à regarder ses messages c’était juste avant Cardiff quand tout ce qui embarquait sa poitrine vers des craintes dérisoires le faisait vriller, elle voulait seulement capturer l’instant où Felix sortirait de son apnée, parfois, ça fonctionnait. Elle a levé les yeux sur la fenêtre, elle n’est pas sûre de l’avoir fait avant. ‘It’s great, I guess you could say it is I’m not... quite sure.’
Ceinture de sécurité trop près du corps mais c’est indispensable, éviter les blessures inévitables sous les éclats de verre, éviter de regarder la route droit devant menant vers un précipice. Elle a réservé à Felix une pièce trop grande dans sa tête, sa voix enregistrée sur des bandes de film à l’odeur équivoque, mélange de dur labeur et de passion, image difficile à oublier pas vrai? Celle, marquant tous les espoirs sur sa peau par des éclats de rose s’éparpillant le long de sa nuque.
Et puis il y a l’ironie de la distance, affection de mauvaise qualité si Billy pouvait encore qualifier ça d’affection. Lui n’avait rien d’un monstre façonné de tous les côtés pour la manger petit à petit, en fait, si elle venait à écrire à propos de Felix, il serait un condensé des paroles qui ne sortent pas sans aller avec un prénom, oui la chanson maudite à laquelle on associe quelqu’un à chaque fois, à chaque lecture, enfant en apparence diamant, incassable, enfant soleil même prêt à grimper sur des planètes, sauter de l’une à l’autre quitte à s’érafler les genoux.... se casser le nez... et elle lui donnerait le plus vieux livre de tous les livres qu’elle ait jamais possédés, un avec ses initiales écrites en haut à gauche, en tout petit. ‘You’re damn right it is. It’s just a load of barnacles without you around, it never is  home when you’re not... Did I just quote Spongebob Squarepants on you here oh my god I’m such... No, not al all.

Le bouclier déployé ne fait pas de sens, elle avait tendance à se débarrasser de l’armure à mesure qu’elle s’approchait du gallois, débitait goutte par goutte ses sentiments (sans le faire exprès), elle a entre les kilomètres une retenue indécente, sorte de masque à oxygène dysfonctionnel, elle s’en veut d’en dire autant avec des silences, eux, les bestioles curieuses collées à droite et à gauche entre les réponses qu’elle peut lui donner, et si Felix était juste le déclencheur de ses pannes mécaniques, elle aurait sûrement pu se trouver des excuses. Sûrement. ‘...I didn’t know how to deal with it- the whole... us... thing? Come to think of it I fucked up good, like awful good, like i’m a huge mess... good. Yeah, what am I even saying. Please don't, freak out alright? I don't know how to- put it, I- kinda slept with someone and- shit I'm the one freaking out right?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Felix Glendower
JE SUIS À PROVIDENCE
JE SUIS À PROVIDENCE
avatar

je suis à Providence depuis le : 20/06/2018 et j'ai rendu : 12

MessageSujet: Re: (belly) yeux disent le contraire   Lun 30 Juil - 23:29

« No, no, I think it's great. I'm trying to see things from a good angle right now, so, yeah, it's good. » Il sourit, hoche la tête comme pour se persuader que tout va bien. Comme s'il n'avait pas l'impression que tout est en flammes autour de lui pendant qu'il sourit comme un idiot, comme le meme qu'il voit parfois sur internet. Il essaye de pas penser aux nuits passées à l'hôpital à pas pouvoir fermer l'oeil par peur de rater le souffle ultime de son père, sans savoir si au final il dirait son dernier mot dans cette chambre stérile. Heureusement, ce ne fut pas le cas, et son père vivra encore un peu pour raconter d'autres histoires, lui donner d'autres conseils. Alors, il peut se considérer chanceux.
Il raconte à Billy que sa maison c'est Brown, et sa réponse lui fait chaud au coeur. C'est toujours gratifiant de savoir qu'on donne à quelqu'un l'impression d'être chez soi. Il rit doucement, sans arrière pensée, sans méchanceté, juste de la tendresse en la voyant se reprendre après avoir cité un dessin animé. Il est loin le temps où Felix regardait les programmes pour enfant le dimanche matin avec son bol de céréales. Il se sent vieux, bien plus vieux que sa pauvre vingtaine, comme s'il avait pris une décennie dans la figure avec tous les soucis de ces derniers mois. Alors ça fait du bien, de parler à Billy et son innocence de gosse. Tout ce qu'il veut Felix, c'est redevenir un gamin, de ceux qui courent partout et hurlent de joie pour se faire comprendre.

Pourtant les problèmes de grands ont vite fait de le rattraper. Voilà Billy qui déblatère des paroles qui ne font pas sens tout de suite aux oreilles de Felix. Il faut le temps que son cerveau analyse les mots qui sortent de la bouche de la Goddard. Il y a un moment de pause, on pourrait presque voir le symbole de chargement sur le visage du Gallois, qui tourne, tourne, tourne, dans un silence pesant. Puis il s'esclaffe, une fois, puis deux, puis trois, puis il se met à rire. C'est nerveux, il ne peut pas s'en empêcher. Il pose une main sur ses yeux puis se pince l'arrête du nez. Il faut qu'il se calme. « Sorry I... » Quelles étaient les chances que ça se produise? Comment ont-ils pu faire la même chose sans le savoir? C'est vraiment incroyable. Il se calme tant bien que mal. « I'm not freaking out. Well maybe a little. But not because I'm mad at you. Actually I don't have the right to be, because... because I slept with someone too? » Egoïstement, il se sent délesté d'un poids, il n'est pas le seul à avoir perdu les pédales. Mais il est certain que des deux c'est lui qui détient la palme du plus grand dérapage. Il est imbattable sur ce coup là. « I can tell you everything, or anything you want to know. I want to be as honest as you want me to be. » Il veut pas perdre la confiance de Billy, même après avoir fait une gaffe aussi monumentale. « Remember when I went to that LGBT and friends thing? Well... I... slept with a lad - a man. » Appeler Hernando un "gars" ne lui semble pas vraiment approprié.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Billy Osborn
JE SUIS À SINGAPOUR
JE SUIS À SINGAPOUR
avatar

je suis à Providence depuis le : 05/04/2018 et j'ai rendu : 724

MessageSujet: Re: (belly) yeux disent le contraire   Mar 31 Juil - 1:20



C’est vrai qu’il manquait aux humains un outil pour lire dans les réponses des gens, sans doute distinguer le malaise qui face à face explique tout à fait le naufrage mais les années ont fait que la communication se brouille et le dialogue se froisse. Si elle pouvait ne pas se reposer sur un engin douteux à l’écran brûlant en été, elle le ferait mais dans l’instant présent, ce bout de rien, de futilité a tout à fait sa place entre ses mains. Elle devait parler à Felix, car à chaque tentative d’éviter de le faire, elle repoussait l’inévitable, non, elle le repoussait tout court. Billy captait les réactions du gallois et ses réactions coulaient de source, elle aurait pu se voiler la face mais l’appel vidéo avait décidé que ce serait pour une autre fois, quand l’appel aurait pu se calibrer avec deux voix et des têtes en vrac.

Elle ne l’avait pas aidé à faire ses valises ni à les défaire, peut-être le désordre venait-il de là? Elle aurait dû courir dans l’aéroport, vraiment elle aurait dû même si le soleil qui tapait à travers les toits en verre faisait sans qu’elle y trouve d’explication: Peur, ça aurait été bien, pas vrai, de se trouver des excuses aujourd’hui. Billy tait tous ses fantasmes quand le combiné se remplit de rires, elle les voit presque sortir des minuscules trous à l’arrière du téléphone, elle sait pas pourquoi, ça lui plait et ça l’angoisse en même temps que le visage de Felix se détende sans crier gare, du coup ses doigts tapotent sur les côtés. D’habitude elle aurait rempli la jauge de mots comme si ça avait été un jeu télévisé, vraiment pour s’éviter la partie muette où elle aime pas qu’on la regarde s’enfoncer dans le doute. ‘....Uh.’ Elle a pas droit au film, le déroulé dramatique qui a mené le personnage d’un point A à un point B, en fait, y a l’accent de Felix qui atténue tout le carnage comme si de la détente sonore brutale ils étaient passés à un pistolet rempli d’eau savonneuse. Et ils glissaient. ‘...Title of your sextape?

I-- I’m so sorry I didn’t mean to I just- You can totally hang up on me now but just so you know, I AM SO SO GAY TOO. NOT JUST GAY THOUGH, MORE LIKE INTO EVERYONE, not, everyone, some, people.'  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: (belly) yeux disent le contraire   

Revenir en haut Aller en bas
 
(belly) yeux disent le contraire
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ceux qui vous disent le contraire vous mentent ! [Castiel]
» [Validée]ne le regardez pas dans les yeux!
» Aux yeux du souvenir...
» >>. J'ai cru voir une flamme dans tes yeux... [PV Nuage de Citron et Nuage d'Ecureuil]
» me noyer ? plutôt dans tes yeux qu'ici... [ A ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ever true to Brown !  :: YOUR STORY ISN'T OVER :: RPS TOUJOURS EN COURS-
Sauter vers: