AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 -- memento mori (al shakir)

Aller en bas 
Jade al ShakirJE SUIS À SINGAPOUR
avatar
JE SUIS À SINGAPOUR
je suis à Providence depuis le : 06/05/2018 et j'ai rendu : 58
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: -- memento mori (al shakir)   Lun 25 Juin - 15:10

memento mori ※※※ Brume pacifiste s’acharnant sur le doux climat de Providence, atmosphère décalée pour une soirée qui s’annonçait chaleureuse. Poupée du désert s’immisçant dans le traditionnel repas d’anniversaire de mariage, incruste point solitaire alors que la famille entière avait été invitée. Septième enfant d’une fratrie immense, sublime cohésion familiale devenant une utopie presque réaliste. Restaurant choisi depuis des semaines, un rendez-vous agencé pour permettre à chaque enfant de couple d’assister à ce repas. Soirée mondaine intime pourtant cette euphorie la portant vers des rêves plus glorieux. Réminiscences d’une soirée gourmande, effleurement de l’épiderme d’ivoire, toison d’or se perdant dans ses phalanges de bronze. Sourire enfantin effleurant son faciès, descendante des pharaons déambulant dans la ville étudiante pour laisser le temps filer. Enfant de l’Egypte bien décidé à passer ce temps avec le reste de sa famille, chaleur d’une cellule familiale devenant une lacune depuis qu’elle avait démarré sa première année à l’université. Poupée devenant cet acte d’innocence de par sa tenue, simple robe d’un style écolier, style que sa famille lui avait toujours connu. Poupée incapable de se lever plus tôt ce matin pour réellement réfléchir, bras d’ivoire chaleureux lui pompant chaque désir de partir loin. Désir ardent de rester pour s’amuser et devenir la raison du bonheur de la déesse aux cheveux de blé. Compliments superficiels qui ne pouvaient être dit, compliments sous-jacents ne devenant que des actes subissant les baisers et les douces caresses. — mama, toujours aussi belle. Claquement d’un baiser sur la joue de sa génitrice, poupée idéalisant cette figure maternelle toujours présente pour elle malgré chaque surprise. Poupée reconnaissante envers cette mère lui offrant tout l’amour du monde, aucun favori pour cette maman, aucun favori pour cette benjamine capable d’offrir le monde à sa famille. Quitte à mettre son bonheur dans une tombe à six pieds sous terre. — daddy, i miss you so much. Poupée se lovant dans les bras de son pauvre père, chaleur humaine offrant ce réconfort au corps de la jeune fille.

Habibi Al ShakirJE SUIS À PROVIDENCE
avatar
JE SUIS À PROVIDENCE
je suis à Providence depuis le : 10/06/2018 et j'ai rendu : 30
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: -- memento mori (al shakir)   Mar 26 Juin - 0:25

Réveil atroce sous le regard empli de jugement du soleil déjà absent, il est tard hurle le portable s’illuminant à plusieurs reprises, il est tard crie son corps pour le déloger de son lit, Habibi yeux fermés, une peau basanée tracée par endroits d’un film clair, Habibi, enfant de deux pays qui ne s’embrassent jamais les joues. Sursaut, soudain dans la pénombre du dortoir où il s’abandonne seul, encore, Habibi marmonne entre les plis abîmés de sa couche « Putain... PUTAIN. »
Sur ses deux jambes trop vite il se rattrape au rebords de sa commode, s’élance vers la salle de bain, faisceau artificiel l’agressant, espérant le sortir de son silence, il voit les rappels apparaître dans plusieurs couleurs, sous plusieurs bulles, hier encore il se souvenait mais la bouteille négligemment en biais sous son lit disait tout le contraire. Tête sous l’eau, pensées barbouillées d’alcool, il tente de se reprendre, bientôt sa peau rougit, veut le sortir de son cycle infernal, lui qui y appartient de plus en plus. Dans son placard, un portait pourtant banal du garçon se dresse, chemises repassées, accrochés avec les cravates dans les tons alliés, un ordre qu’il avait connu longtemps, une main passée dans ses cheveux humides et il s’habille dans une formalité retranscrivant toute la tendresse qu’il avait pour sa mère - les années passées, traversant la pièce pour se construire à chaque pas le personnage impeccable, Habibi croise ses poignets et les gouttes d’un parfum offert il y a un moment. Il ne peut pas replacer le jour exact, incapable, humain à moitié exact dont les mots peinent à converger vers la sortie de sa bouche pour le laisser se plaindre, seul.
Les mains dans les poches, chaussures cirées et cheveux brossés, quoique quelques mèches se négligent d’elles même; comme pour laisser transparaître un désastre, il arrive au point de rendez-vous. Comme les autres fois il profite de l’étreinte de sa soeur et de son père pour s’avancer vers sa génitrice, mains liées d’affection, immédiatement, elle lui murmure « Habibi », avec justesse, douceur, lui répond par un sourire semblable à tous ceux qui ont précédé, mais il l’enlace, pour ne pas détruire un schéma qu’il arrivait jusqu’à présent à reproduire. « Ça fait longtemps, Mama, excuse-moi. »
Luzige Al ShakirJE SUIS À PROVIDENCE
avatar
JE SUIS À PROVIDENCE
je suis à Providence depuis le : 29/04/2018 et j'ai rendu : 299
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: -- memento mori (al shakir)   Jeu 28 Juin - 4:25

Tenue préparée la veille. Soins appropriés. Des heures de masque et de crèmes, appliquées avec attention. Une barbe qui avait été coupée au millimètre près, avec une concentration presque ultime. Tu savais à quel point c’était important pour tes parents, pour ta mère, de vous avoir réuni. Mais il était davantage important pour toi, de montrer par le contrôle d’un corps approchant la maîtrise parfaite, que tu étais toujours l’aîné stable. Celui qui savait montrer un équilibre entre deux pays qui ne semblaient même pas daigner de s’écouter. Un équilibre entre la raison et les sentiments. Même si en réalité, tu n’avais toujours été qu’un opportuniste, éloigné des traditions et des ressources familiales, qui trouvaient dans les Etats-Unis un refuge de monnaie. Le costume qui retrouvait son maître. Aucune cravate, des boutons laissés ouverts pour transparaître une familiarité. Après tout, c’était un repas de famille et non un repas d’affaires. Quand bien même, tu savais d’avance, que les futurs proches et les espérances parentales allaient être évoquées comme le homard pas assez frais. Les talons qui claquaient dès la sortie du taxi. Les mains installées dans les poches, pour un esprit négligé, alors que tout était si calculé dans ton esprit. Tu remarquais déjà que certains étaient arrivés. Une tape dans le dos de l’un de tes frères, Habibi. « Tu es à l’heure mon frère » Un regard dévié, le dévisageant de la tête au pied, cherchant une once d’erreur. « Surprenant » que tu lâchais presque avec orgueil. La petite Jade que tu allais finalement prendre dans tes bras, dans une robe prude qui te rappelait l’enfant qu’elle était. Tes baisers s’arrêtaient enfin sur les joues de tes parents. Tu restais debout, la main sur l’une des chaises, attendant l’arrivée des autres, sans impatience.
Ayala Al ShakirJE SUIS À PROVIDENCE
avatar
JE SUIS À PROVIDENCE
je suis à Providence depuis le : 03/06/2018 et j'ai rendu : 74
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: -- memento mori (al shakir)   Jeu 28 Juin - 21:49

La jolie enfant du monde, la douceur des anciens temples égyptiens brûlant sous le soleil du sud. L’âme de joie pour fêter les divinités. Le même sang allait être réuni sur le sang des combattants pour la liberté. À chacun ses héros, si tu préfèrerais rêver de Cleopatre, ce n’était pas le cas des autres membres. Une descendance bien différente. D’un même arbre, les branches s’éloignent et se croisent. Gamin de la terre antique sous le même toit. Des vêtements simples que tu portes aujourd’hui. Tu voulais t’habiller différemment mais c’était un repas en famille et tu n’avais pas vraiment envie d’entendre des remarques de la part de tes aînés sur tes envies de tenue. Tu gardais quand même ton air rêveuse, il restait toujours avec toi. À tes côtés pour le bout de chemin qu’on appelait la vie. Le menton relevé vers le haut de la pyramide, le sourire mi-present sur ton visage d’enfant d’Atoum. Tu allais arrivé un peu en retard mais pas grave, vous êtes assez nombreux pour que tu ne sois pas la dernière. Les cheveux bien attachés en chignon, une robe noir classique pour éviter les drôles de regards de la part de certains. Ton arrivée dans la cour des astres de nuit réveille ceux du jour. Les présents étaient au nombre de cinq, trois descendants sur le lot. La première personne qui rencontrait ton regard de fille du soleil fut ton aîné america power. Un arrêt sur image le regardant, puis tu vins le serrer dans tes courts bras. Trop petite pour un tel homme, tu devait te mettre sur la pointe des pieds. Trop petite tout seulement. Ce fut pareil avec l’autre frère, salutation à l’acteur. Pour finir par Jade, ta petite sœur adorée. - Vous n’avez pas changer, vous m’avez manqué, bonjour à vous deux. Alors que les salutations se terminèrent de ton côté. Le compte des enfants des tempêtes de sable n’étaient pas encore à son égal.
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: -- memento mori (al shakir)   

 
-- memento mori (al shakir)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Partenariat : Memento Mori
» Memento Mori [GP]
» Memento Mori [Libre]
» Memento mori [Mitsuharu Yuka]
» Je suis tout ouï. Memento mori, Carpe diem. (Terminé)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ever true to Brown !  :: RHODE ISLAND - HOME IS WHERE THE HEART IS :: Providence-
Sauter vers:  
LES TOP-SITES


CONTACTER LE STAFF