AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Seeing me hurt so much and I don't know why (Zélika)

Aller en bas 
AuteurMessage
Maxim Munoz-Cruz
JE SUIS À PROVIDENCE
JE SUIS À PROVIDENCE
avatar

je suis à Providence depuis le : 12/04/2018 et j'ai rendu : 143

MessageSujet: Seeing me hurt so much and I don't know why (Zélika)   Lun 4 Juin - 22:33

Seeing me hurt so much and I don't know why

feat. zélika & maxim

Encore une journée bien remplie, c'est déjà la fin de l'année, c'est passer tellement vite cette année. Enfin, j'ai pas tellement avancé dans ma vie, j'ai toujours cette peur de l'engagement présente dans mon esprit. J'ai juste peur de m'attacher suffisamment à quelqu'un pour prendre le risque de la perdre encore, alors je préfère rester célibataire pourtant j'en souffre quand même au fond. Par exemple, j'aurais pu être heureux avec Zélika, cette belle brune qui me fait tourner la tête. Elle m'a quitté il y a 5 ans parce que je n'étais pas prêt à m'engager réellement avec elle et puis j'avais peur que tout nos potes s'en mêlent. Au final, je suis resté seul avec mes conquêtes et mes coups d'un soir. Je la croise tout les jours et je passe mon temps à me dire que je suis bête de ne pas avoir essayer une vraie relation avec elle, mais maintenant tout a changé. Il n'y a plus qu'elle, il y a une autre fille dans ma tête, une autre fille qui pourrait être celle que je cherche depuis longtemps. Je me retrouve le cul entre deux chaises, enfin non car zéli et moi on s'ignore et on se parle très peu depuis quelques années. Il y a une tension négative entre nous quand on se croise. Je ne lui en veux plus, je m'en veux surtout à moi de ne pas avoir été à la hauteur.

Cela fait maintenant 6 heures que je travaille au bar "The Ultra". Je devais finir à 20h mais on m'a demandé de rester et vu que j'adore mon patron et mon boulot, j'ai accepté de faire plus d'heures ce soir. Il est à présent 23h54, je vais bientôt finir mon service. Et puis là, mon regard se pose sur la piste de danse, elle est là, zélika, la seule et l'unique, elle danse en y mettant tout son coeur comme toujours quand elle danse d'ailleurs. Je suis peut-être resté une bonne dizaine de minutes à la fixer entrain de danser. Mon regard vire rouge quand je vois un homme danser avec elle et elle ne dit rien, elle reste là, à danser contre lui. Une incroyable décharge d’adrénaline et surement une pointe de jalousie m'envahit. Je finis par détourner le regard. Mon service est terminé. Je récupère mes affaires, prêt à rentrer à la maison et l'ignorer encore mais cette fois je ne peux pas. Je fais demi tour et je vais sur la piste de danse. Je me met à danser près d'elle, je la fixe sans vraiment m'en rendre compte. Je ne supporte pas de la savoir avec quelqu'un d'autre, avec un autre homme que moi. Quelqu'un va me dire ce qu'il se passe chez moi ?

made by guerlain for bazzart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Seeing me hurt so much and I don't know why (Zélika)   Mar 5 Juin - 10:26

Seeing me hurt so much and I don't know why

You say I'm crazy ‘cause you don't think I know what you've done. But when you call me baby, I know I'm not the only one.


Le temps est une notion propre à chacun, à des moments précis. Parfois, il s’écoule avec une intensité hors norme. D’autres fois, il est aussi lent qu’une goutte de pluie peu décidée à ruisseler jusqu’en bas. D’autres fois encore, entre deux clignements de paupière, on s’inquiète des effets sur son sillage. Ce soir, Zelika était dans cette dernière configuration. Elle avait besoin de se détendre, de se sentir libre. Vivante. Alors, lorsque des copines lui avaient proposé une sortie dans la discothèque « the ultra », elle y avait vu une occasion unique de joindre l’agréable et l’utile. Enfilant un débardeur noir, moulant, ainsi qu’un jean qui épousait ses formes, elle commença à se préparer : maquillage léger, cheveux ondulés lâchés, talons aiguilles noirs, bijoux discrets ; elle n’aimait pas se démarquer davantage. Pourtant, il n’était pas rare qu’on l’accoste. Peut-être que sa beauté naturelle avait des effets étonnants, après tout ? Cependant, Zelika l’ignorait. Elle savait qu’elle était populaire mais ne misait jamais sur son physique. Elle en doutait encore, malgré les années qui défilaient – cicatrice d’une enfance difficile sous le signe des moqueries. Quoiqu’il en soit, elle s’engagea dans la file d’attente, accompagnée de ses camarades de soirée, en riant et en espérant passer un moment des plus délicieux. Et elle ne fut pas en reste, lorsqu’il s’agit de se détendre. A peine arrivées, les filles commandèrent plusieurs verres. Toutefois, Zelika n’en prit que trois à la suite : elle n’avait pas envie d’être totalement ivre. De plus, elle demeurait concentrée sur ses études, car elles étaient sa fierté. Evidemment, les vacances approchaient grandement et il devenait de plus en plus difficile de ne pas abaisser la pression en abusant. Mais alors qu’elle y songeait, elle aperçut une silhouette connue : son colocataire, Maxim. Son cœur rata un bond. Elle n’avait pas oublié qu’il travaillait ici, non. Ceci dit, elle n’avait pas espéré le croiser pour autant. Un soupire s’échappa de sa gorge et elle détourna aussitôt ses yeux, puis son corps. Elle était ici pour s’amuser, pas pour ressasser son passé. N’écoutant plus son palpitant, Zelika se laissa entraîner par le bruit sourd des basses qui résonnaient dans toute la pièce. Petit à petit, les battements de son cœur se mirent en rythme et, sans avertir qui que ce soit, elle attrapa une copine par le bras et l’entraîna sur la piste de danse. Petit à petit, le groupe tout entier y était. Naturellement, il fut rejoint par quelques curieux et des célibataires. Bien que la demoiselle n’en avait cure, elle continua à se déhancher sur la piste. Obnubilée par la musique, elle fermait par instant ses lourdes paupières et savourait chaque son. La danse était toujours une forme d’évasion, pour elle. Si elle avait été plus douée, sans doute aurait-elle envisagé une carrière plus artistique. Hélas, elle n’était pas faite pour ce milieu. Quoiqu’il en soit, un jeune homme – plutôt pas mal – s’approcha dangereusement de la métisse. Elle regarda ses copines et se mit à rire doucement. Elle continua de bouger en rythme, accompagnée cette fois-ci par l’étudiant. Elle ne fait pas attention aux autres, au monde qui l’entoure. Après tout, elle ne fait rien de mal, n’est-ce pas ? Elle s’amuse, voilà tout. Et puis, ce n’est qu’une danse. Sauf que, en détournant son visage de son partenaire versatile, elle remarqua à nouveau la présence de Maxim. Cette fois-ci, il n’était plus derrière le bar. Il était sur la piste, à proximité d’elle, et la fixait avec insistance. Une fois de plus, le palpitant de la métisse accéléra sa course dans sa poitrine. Les questions se bousculaient dans son esprit. Était-ce un fantôme ou la réalité ? L’illusion était des plus réelle, finalement. Ne sachant comment réagir, Zelika préféra éviter la situation gênante. Elle regarda alors à nouveau son partenaire qui, cette fois-ci, voulait être plus entreprenant. Il se rapprocha encore plus d’elle, collant son corps contre le sien, pour entamer une danse plus langoureuse et sexy, toujours sur le rythme de la musique. La métisse ferma ses paupières. Si elle ne les ouvrait plus, Maxim finirait par disparaître, n’est-ce pas ? Les questions ridicules s’immisçaient dans son esprit, au fur et à mesure des secondes. A quoi jouait-il, ce colocataire si distant et silencieux ? Zelika devinait, à la tension de son corps tout entier, qu’il ne devait pas être bien loin d’elle. Et elle finit par ouvrir à nouveau ses yeux. Elle l’aperçut, encore une fois, et toute son âme se raidit sur place. Malgré elle, elle s’immobilisa dans la foule et le fixa, intriguée. Elle avait peur que, dans un mouvement brusque, il s’efface de son champ de vision. Ridicule, n’est-ce pas ? Tout était si confus, dans sa tête… Que se passait-il ? Pourquoi Maxim la regardait ainsi ? Que lui voulait-il ? Coïncidence ou destinée ?

CODAGE PAR AMATIS
Revenir en haut Aller en bas
Maxim Munoz-Cruz
JE SUIS À PROVIDENCE
JE SUIS À PROVIDENCE
avatar

je suis à Providence depuis le : 12/04/2018 et j'ai rendu : 143

MessageSujet: Re: Seeing me hurt so much and I don't know why (Zélika)   Mer 6 Juin - 22:50

Seeing me hurt so much and I don't know why

feat. zélika & maxim

Cette fille m’envoûte, je ne comprends pas ce qu'il se passe quand elle est dans la même pièce que moi, mon cerveau surchauffe et je ne pense qu'à elle et à nous, à ce qu'on était avant. Elle est là entrain de danser sur la piste, son coeur bouge en rythme de la musique. Mon regard est posé sur elle, sur sa façon de bouger, de danser, de ses formes magnifiques que d'autres autour de moi ont remarqué. Finalement, elle croise mon regard mais ce qu'elle venait de faire vient me briser le coeur une deuxième fois. Elle détourne son regard et se rapproche de ce type qui danse près d'elle, devrais-je dire coller à elle et à son corps. Rien que de penser qu'un autre l'a touché et que cette personne n'est pas moi, me fait disjoncter totalement. Je finis par me retourner et continuer de danser sans la regarder. Je dois tourner la page et me concentrer sur autre chose et développer cette nouvelle relation avec la belle blonde qui partage bien souvent mon lit.

Cela doit faire trente minutes que je danse sans m'arrêter sur ces musiques qui m’entraînent toujours sans que je le contrôle. Je ne fixe plus Zélika, de façon à me dire que si je ne la fixe pas, elle finira par partir avec ce mec ou avec ses copines et je ne le verrais pas. Une belle brune typé mexicaine vient danser avec moi. Je me laisse totalement faire, je suis bon pour une autre conquête dans mon lit ce soir, une jolie brune latina, cela me plait. Elle danse de plus en plus près de moi, je continue de danser au rythme de la musique. Mon coeur s'accélère car je sais qu'elle me regarde. Je la vois faire et ça m'amuse que la situation se retourne un peu, elle fronce les sourcils, j'adore quand elle fait ça, elle est un peu jalouse quand même. Je ne fais comme si de rien n'était, je continue de danser avec cette fille un peu entreprenante. Je ne sais pas ce qu'il m'arrive, pourquoi je fais ça ? Cela fait maintenant cinq années que Zélika et moi nous ne sommes plus ensemble, je ne lui en veux plus et je ne m'en veux plus non plus. Je pensais avoir tourner la page mais je crois que finalement il reste toujours un espoir dans ma tête qu'elle change d'avis. Finalement, cette fille commence à essayer de m'embrasser, je continue de danser, changeant de position pour danser, je me retrouve face à zélika sur la piste de danse. Je danse coller serrer avec une fille qui ne m’intéresse pas et elle danse toujours aussi coller avec ce gars. On est face à face à se regarder dans le blanc des yeux. Cette situation me submerge. Je finis par quitter la piste de danse pour aller chercher un verre au bar. J'en ai bien besoin.

made by guerlain for bazzart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Seeing me hurt so much and I don't know why (Zélika)   Ven 8 Juin - 11:01

Seeing me hurt so much and I don't know why

You say I'm crazy ‘cause you don't think I know what you've done. But when you call me baby, I know I'm not the only one.


Les yeux de Zelika se perdent sur les corps qui se meuvent avec avidité et délicatesse. Le sien fait de même, se délectant des efforts qu’il fournit pour s’amuser, évacuer la pression. Lorsqu’elle ferme les paupières, la métisse ressent plus intensément les basses qui la fracassent sans pudeur. Son palpitant s’accélère, prend le rythme infernal de la musique, et se déchaîne. En se concentrant sur les tambours de sa poitrine, Zelika oublie le monde qui l’entoure. Elle ne fait plus qu’un avec le son qui s’échappe, vole et virevolte dans la discothèque. C’est comme ça qu’elle parvient à s’évader de son univers, plongeant avec une féroce avidité dans un autre monde : celui sans frontière, sans barrière. Et, bon sang, qu’est-ce que ça fait du bien ! Mais cela, c’était sans compter la présence de Maxim. Si, d’ordinaire, elle arrivait à l’ignorer plus ou moins, cette fois-ci était différente. Il aurait dû être derrière le bar et terminer son service, puis s’en aller pour se séparer de son champ de vision. Pourtant, ce soir, il défiait les règles taciturnes, silencieuses, qu’ils s’étaient imposés pendant les dernières années. Dès que la jeune femme ouvrit à nouveau ses paupières, elle le vit. Il était là, dans la foule, et la regardait par instant. Zelika avait tenté, dans les bras d’un autre homme, de le pousser vers la sortie. De lui murmure sans un mot qu’il était temps, pour lui, de ne pas rester. Hélas, ce fut une expérience vaine. Pire, elle avait eu l’effet inverse. Alors que la métisse espérait une disparition subite de Maxim, elle fut déconcertée de constater qu’il était bien ancré sur la piste. De plus, une magnifique brune, typiquement dans les goûts du jeune homme, vint vers lui pour se déhancher farouchement. Par son attitude toute entière, elle lui criait son désir ardent de le rejoindre sous la couette. Zelika sentit une colère aveugle l’envahir. Elle détourna son visage de cette scène insupportable et, les yeux humidifiés par la surprise, elle décida de se donner encore plus à la piste de danse, espérant oublier. Ce qui était, finalement, plutôt ridicule. Car à chaque fois qu’elle cessait de se concentrer sur ses mouvements, elle revoyait les images de cette jolie latina qui s’exhibait devant Maxim. Et, maintenant, la situation change encore une fois. Alors que le partenaire de danse de la demoiselle essaie de se rapprocher dangereusement d’elle, Zelika l’ignorant à moitié, elle est forcée de constater que Maxim et elle sont face-à-face. La petite prétentieuse joue de son postérieur contre le corps de son ancien amant, tandis que Zelika le fixe avec détresse. Ils se regardent. Se jaugent. S’observent. Se désirent. Se méprise. S’ignorent. Finissent par s’appeler en silence. Et là, avec un fracas sans bruit, Maxim se détourne et, sans plus un regard pour la métisse ou la latina, finit par quitter la piste de danse. Il laisse la jeune métisse dans les bras de son partenaire du moment – bien qu’il ne l’intéresse pas des masses. Le cœur de la jeune femme se pince. Il cogne plus fort que les basses qu’elle entend. Finalement, dans un mouvement de rage, elle finit par elle aussi quitter le monde merveilleux de la musique pour rejoindre le bar. Elle a chaud. Soif. Du moins, elle s’en persuade. En réalité, elle veut juste apercevoir Maxim qui, un peu plus loin, commande une boisson. Le barman finit par se rapprocher de Zelika. Elle commande. « Une eau gazeuse. » Pas d’alcool. Elle sait que s’enivrer la pousserait à parler, à montrer d’avantage sa vulnérabilité. Et ça, elle ne peut pas se le permettre. Elle préfère se calmer. Essayer d’apprendre à ignorer cette jalousie incontrôlable qui la submerge. C’est mieux pour elle. Pour Maxim. Pour tout le monde.

CODAGE PAR AMATIS
Revenir en haut Aller en bas
Maxim Munoz-Cruz
JE SUIS À PROVIDENCE
JE SUIS À PROVIDENCE
avatar

je suis à Providence depuis le : 12/04/2018 et j'ai rendu : 143

MessageSujet: Re: Seeing me hurt so much and I don't know why (Zélika)   Lun 11 Juin - 23:41

Seeing me hurt so much and I don't know why

feat. zélika & maxim

Zélika, c'est mon premier amour, je ne peux rien faire dans ma vie ici, sur le sol américain sans penser à elle. Tout ce que je fais me rappelle sa présence. Même si notre relation était secrète, c'est ce qui pimentait nos sentiments et notre relation. Sa présence me manque car avant d'être la première personne à qui je m'attachais depuis des années, c'était mon amie et aujourd'hui, on s'adresse à peine la parole, juste pour pas passer ridicule et se cramer face aux autres de la colocation. Il m'ignore et je fais de même quand on se croise à l'université ou à la maison.
Et me voilà en boite de nuit, entrain de gâcher le peu d'amitié qu'il me reste en manifestant ce côté jaloux de la voir avec un autre homme. C'est une réaction complètement ridicule vu que je ramène moi même des filles chaque soir et que j'ai une autre relation compliquée avec une autre brune. Je ne comprends plus rien, même moi je ne comprends pas mon comportement envers elle. Elle me regarde danser avec cette fille et je vois dans ses yeux, une jalousie qui monte, elle ressent la même chose. Je pense qu'on doit se parler avant que cette situation dégénère, mais je dois boire avant sinon jamais je pourrais lui dire tout ce que je pense. Je finis par quitter la piste ne supportant plus cette situation. Je dois prendre un verre et boire encore et encore pour me sentir à l'aise.
Me voila donc au bar, à regarder mon fond de verre vide. "Un autre s'il te plait". Mon collègue me regarde d'un air inquiet, il sait qu'il y a quelque chose qui se trame mais je n'ai pas envie d'en parler. Elle fait son apparition en se posant à quelques mètres de moi au comptoir. Je bois quelques gorgées de mon second verre de whisky. Je lui jette un coup d'oeil, elle a l'air rassuré de me voir au bar. Je pense qu'elle ressent la même chose que moi mais aucun de nous ne fera le premier pas afin de se confronter une bonne fois pour toute. "Je pense que tu peux en remettre un autre". Il me sert un autre verre et celui-là je décide de prendre mon temps pour le boire avant qu'il appelle ma soeur pour lui dire que je suis bourré et qu'elle doit venir me chercher. Je la regarde pendant quelques minutes, je dois sortir de cette pièce avant de lui sauter dessus soit pour l'embrasser soit pour lui reprocher tout ce que j'ai envie de lui dire dans l'instant. Je sors sur la terrasse de la boite, je m'assois sur une chaise, mon verre à la main, me demandant comment arranger cette situation totalement gênante.

made by guerlain for bazzart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Seeing me hurt so much and I don't know why (Zélika)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Seeing me hurt so much and I don't know why (Zélika)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» It doesn't hurt me - Maaron
» Hurt
» Hurt me tender, hurt me true ▲ Azores Lullaillaco
» 05. I'm fu***ng perfect, it just don't look like that
» Every whisper of every waking hour, I'm choosing my confessions, trying to keep an eye on you, like a hurt, lost and blinded fool. ₪ 22 mars, 18h22

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ever true to Brown !  :: YOUR STORY ISN'T OVER :: RPS TOUJOURS EN COURS-
Sauter vers: