AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 if you leave me now. (adyla)

Aller en bas 
Nyla ParkJE SUIS À PROVIDENCE
avatar
JE SUIS À PROVIDENCE
je suis à Providence depuis le : 16/05/2018 et j'ai rendu : 92
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: if you leave me now. (adyla)   Lun 4 Juin - 16:16


(adyla)

if you leave me now


Elle marche, le cœur battant, le cœur qui se serre inconsciemment, un mauvais pressentiment depuis ce matin en quittant la chambre silencieuse. La sensation de malaise se dissipe le reste de la journée sans pour autant complètement disparaitre, concentrée dans tous ses cours elle rejette cette impression, la fuit, mais pour combien de temps ? Ses pieds qui tapent le sol alors qu’elle arrive vers le dortoir des Goddard, le cœur lourd alors que l’envie de voir Adan se fait plus puissante. Disparu depuis ce matin, l’évitant depuis un moment même et Nyla qui osait pas tenter de lui parler en dehors du dortoir. Cette amitié sincère et pourtant cachée des autres, parce que les relations sont difficiles, compliquées par tous les liens qu’une personne se fait et défait. Ces liens qui les éloignaient, mais qui par la force des évènements les rapprochaient maintenant. Ses pas se font plus rapides alors que la porte rentre dans son champ de vision. Aucun bruit à part ceux extérieurs provenant du hall bruyant où la vie régnait, de plus en plus lointaine à ses oreilles alors qu’elle avançait. L’espoir qu’il soit sur son lit à l’attendre lui serre la poitrine. « Adan ! » Elle ouvre la porte et surprise et soulagement s’abattent en un bel ensemble en voyant son ami. Sentiments positifs qui retombent aussitôt en l’observant ranger ses affaires, une valise sur le lit. L’atmosphère pleine de non-dits l’étouffe dès qu’elle s’avance dans la chambre, fermant lentement la porte. Sa voix confuse retentit dans la pièce silencieuse. « Qu’est-ce que tu fais ? » au fil des mois devenant des années, l’attachement qu’elle ressentait pour son colocataire n’était plus un secret pour elle, seulement pour les autres. Deux ans dans cette chambre à se confier, à rire, à s’engueuler. Il l’avait supportée pendant sa première année alors que de nombreux cauchemars revenaient la hanter, ses pleurs étouffés contre son épaule lorsque son frère n’était pas présent. Un pilier indispensable auquel elle se raccrochait encore parfois, lorsque des souvenirs l’assaillaient. Mais maintenant il partait. « Tu pars où ? » La Goddard s’avance pour comprendre, pour le retenir, empêchant la colère de trop monter. Pas maintenant. Parce que c’était pas possible. Adan pouvait pas la laisser.
AVENGEDINCHAINS
@Adan Rogers-Morris

Adan Rogers-MorrisJE SUIS À SINGAPOUR
avatar
JE SUIS À SINGAPOUR
je suis à Providence depuis le : 08/04/2018 et j'ai rendu : 1119
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: if you leave me now. (adyla)   Sam 9 Juin - 12:43

But I know someday I'll make it out of here even if it takes all night or a hundred years.
Need a place to hide, wanna feel alive outside I can't fight my fear

Un souffle. Les boucles qui tombaient sur ton visage. Un deuxième souffle. Voilà que déjà deux valises ouvertes et un sac étaient installés sur ton lit. Tu regardais en arrière, en direction de l’armoire de ton ancienne partenaire de chambre. Tu ne lui avais rien dit. Tu savais bien que ça allait être une perte de temps, que vous n’alliez pas vous comprendre. Tu avais juste besoin de tourner la page, de prendre tes affaires et oublier ces derniers jours qui avaient été beaucoup trop riches en émotion pour toi. Avec cette fin d’année, tu t’étais listé un certain nombre de choses que tu ne voulais plus recommencer. Tu avais tenté de sortir avec Noah, de mettre les choses au clair avec Ilse, de comprendre Elena et même d’aller de l’avant avec Leo. Rien avait été comme tu l’avais prédit. Certaines choses s’étaient montrées plus positives que tu ne le pensais, d’autres beaucoup moins. Mais le cas de cette chambre avait été une affaire dont tu n’avais réussi à trancher entre les émotions opposées. Tu t’étais alors dis que le mieux était de passer ce moment au plus vite et ne plus jamais en parler. Si ton groupe était lié à celui des filles. Tu semblais avoir envie de t’en décrocher le plus possible. Philéas n’avait pas à choisir. Mais toi tu voulais couper les ponts dont ces filles mortelles te suçaient le sang petit à petit. Une première rangée de vêtements vint se blottir contre les parois de la valise. La voix pleine d’énergie de Nyla vint te frapper en plein coup. Le dos à la porte, tu n’osais te retourner. Mais elle pouvait bien voir, aux extrémités du lit, les affaires dépliées, prêtes à partir pour un nouvel appartement. Elle comprit alors très rapidement que la situation l’échappait. Clairement. Elle s’approchait, encore plus. Tu pouvais sentir son corps non loin du tien. Trop de proximité. « Ecoute c’est pas le moment-là, Nyla » tu n’étais pas prêt à discuter, pas prêt à avouer l’erreur que tu commettais. Si tu étais heureux de retrouver tes anciens amis du lycée, tu étais davantage affecté par ce départ précipité de cette chambre qui avait accueilli tant de tragédies et de comédie.
Nyla ParkJE SUIS À PROVIDENCE
avatar
JE SUIS À PROVIDENCE
je suis à Providence depuis le : 16/05/2018 et j'ai rendu : 92
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: if you leave me now. (adyla)   Lun 11 Juin - 17:05


(adyla)

if you leave me now


Elle sait pas comment réagir, elle attend qu’il parle. Qu’il se retourne, un sourire aux lèvres pour venir la prendre dans ses bras et lui dire que c’est qu’une mauvaise blague. Que jamais il partira, que c’est pas son genre, qu’il y avait aucune raison pour qu’il fasse un telle folie. Parce que y’avait pas de raison, n’est-ce pas ? Situation ironique, celle qui se disait cœur de pierre, toute fragile, toute peureuse devant ceux à qui elle tenait. Elle redevenait l’enfant naïf, l’innocence brulant les veines, atteignant son cœur. L’attente qui lui tort les entrailles, déjà bien malmenées depuis ce matin. Elle lui demande où il va, si c’est loin, s’ils pourront se voir, se parler. Quelque chose. Mais il se retourne pas, il la regarde pas. et son cœur qui se brise un peu plus devant son indifférence. Comment ils en étaient arrivés là, qu’est-ce qu’elle avait fait ou n’avait pas fait. Les questions lui retournent le cerveau et elle ferme les yeux alors que la colère venant de l’incompréhension monte un peu plus à chaque silence. « Ecoute c’est pas le moment-là, Nyla » son ton, comme une claque, nyla recule d’un pas. elle s’attendait pas à cette attitude, elle avait espéré que jamais ils arriveraient à ça, à cette folie. Ses sourcils se froncent, et nyla s’avance de nouveau. « Comment ça c’est pas le moment ? Adan. » la colère augmente, la surprise de sa réponse y aidant, le fait qu’il ne la regarde même pas encore plus. « Adan, regarde-moi au moins ! Qu’est-ce qu’il se passe là ? » Elle tire sur son bras, rencontre ses yeux et son cœur se serre un peu plus. Ce n’était pas juste quelques affaires. Il prenait tout ce qui faisait qu’il avait sa place dans cette chambre, qu’il en était le seul propriétaire. nyla mise à part. La tristesse affronte la colère. Le sentiment de trahison parcourt ses veines. Son corps impuissant assistait à cette scène avant d’agir et de prendre les vêtements et les ranger à leur place. « T’as pas le droit de faire ça. » un murmure emplit de rancune, de colère contenue alors qu’elle remettait ses t-shirt dans l’armoire. Exactement à la même place qu’avant. Elle le laisserait pas faire.
AVENGEDINCHAINS
@Adan Rogers-Morris

Adan Rogers-MorrisJE SUIS À SINGAPOUR
avatar
JE SUIS À SINGAPOUR
je suis à Providence depuis le : 08/04/2018 et j'ai rendu : 1119
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: if you leave me now. (adyla)   Mar 12 Juin - 23:42


Sometimes you gotta burn some bridges just to create some distance. I guess this is moving on
Friends can break your heart too, and I'm always tired but never of you9

Tu avais tout prévu. Nicholas devait prendre te passer dans quarante-cinq minutes. Il allait attendre devant la résidence Goddard, t’aidant même avec les valises, parce que tes bras n’étaient pas assez costauds. Il allait t’aider, parce qu’au bout du compte, tu n’arrivais pas tout seul. Et tu sais bien que tu n’y serais jamais arrivé, il y a quelques mois sans Nyla. Sans ses rires emmitouflés, ses caresses aux cheveux avant de s’endormir, ses pâtisseries à minuit. Elle avait été là, un soutien incomparable qui se soldait d’une amitié inattendue. Mais cette amitié avait été fondé sur des pleurs, des faiblesses. Elle ne pouvait pas tenir. Pas avec ces trahisons que tu avais prises pour des coups bas. Tu prenais le destin comme une chance de tout recommencer, de tout oublier. Toutes les Pussy Slayers. « On vient bientôt me chercher » que tu répondais sèchement. Tu n’étais pas prêt à la discussion, pas prêt à regarder son regard. Il pouvait tout changer. Elle avait ce don à soutenir les iris, à vous faire battre le cœur quand il ne marchait plus. La fée aux mains d’argent. Celle qui avait réussi à rallumer ton organe le plus essentiel. Mais qui l’avait éteint, doucement, en appliquant pour autant aucun pansement. Elle voyait bien que tu ne voulais pas, que tu l’évitais. Tu la sentais te ramener à elle. Sa main qui te tirait, comme si elle t’empêchait de tomber dans un trou noir. Finalement vos regards se croisaient. Un coup dur. Ses yeux. Ses magnifiques yeux. « Tu sais ce qu’il se passe Nyla, on était obligé d’en venir à là » tu finissais. Tu avais pris l’échange avec Ilse, comme un deuil de Nyla. Comme si, pour oublier définitivement l’amour d’une vie, tu devais oublier la force d’un toujours. Mais elle insistait. Et voilà pourquoi tu ne voulais pas faire tes adieux, pourquoi tu ne voulais pas la croiser. Tu savais bien au fond de toi, que vous deux c’était bien plus que des soutiens. Au fil du temps, sans même l’apercevoir ni même le vouloir, vous aviez forgé cette union qui vous maintenait dans votre nid, en sécurité. Mais la tempête grondait et prenait les déserteurs dans ses bras. « Arrête Nyla ça ne sert à rien » tu soufflais, agacé. Les mains qui tentaient de reprendre tes vêtements, que tu avais pourtant pris soin de plier.  Les doigts qui s’accaparaient de ce qu’elle tentait de maintenir auprès d’elle. Un t-shirt noir, écrit en majuscules romaines un invictus en haut à gauche, restait à lui seul dans l’armoire. Triste ironie. « Tu peux le prendre, en souvenir » une voix qui tentait de se montrer douce, pour lui faire avaler la pilule. Elle n’avait pas le choix. Il fallait juste qu’elle accepte. Comme tu avais accepté le fait qu’elle devait choisir entre Ilse et toi. Tu avais juste pris le choix à sa place. En essayant de la protéger.
Nyla ParkJE SUIS À PROVIDENCE
avatar
JE SUIS À PROVIDENCE
je suis à Providence depuis le : 16/05/2018 et j'ai rendu : 92
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: if you leave me now. (adyla)   Jeu 14 Juin - 14:44


baby please don't go (adyla)

if you leave me now


Elle accuse le coup, cette situation qui dérape depuis un moment au bord du précipice. Ça fait mal, c’est ce qu’elle craignait le plus, qu’on l‘abandonne, c’est ce qu’il faisait. Nyla lui en veut tellement sur le moment, tellement que ça lui serre le cœur, le brisant encore une fois. C’est dans les moments où on est sur le point de perdre une personne qu’on se rend compte de l’importance qu’elle représente pour nous, et cette constatation créait une tempête dans son cœur. Ouragan de confusion, de remise en question. Se soigner l’un l’autre ça renforce ce lien déjà puissant, elle se souvient encore de la première fois qu’elle a pleuré dans ses bras en appelant son frère absent. L’incompréhension d’une telle tristesse, émotion à l’état brute d’un passé ravageur. Leurs yeux se rencontrent et les battements de son cœur s’accélèrent, on y lisait l’espoir qu’Adan change d’avis, la peur de le perdre, la peur qu’il parte malgré tout. « Tu sais ce qu’il se passe Nyla, on était obligé d’en venir à là » constatation véridique, mais elle hoche pas la tête de peur que ça renforce cette idée de départ. Sa main qui lâche lentement son bras, bras qu’elle avait l’habitude de tenir si souvent. Son regard passe de l’épaule où enfouissait son visage au torse qu’elle frappait parfois lorsqu’il la faisait rire où qu’elle embrassait par affection. Trop de souvenirs qui accentuent la douleur dans sa poitrine fragile. Elle l’avait laissé, abandonné en dehors de cette chambre pleine de confessions et de mémoires. Parce qu’elle voulait pas faire de choix. Cette détermination à ne blesser personne, surtout pas Ilse, finissant par blesser le Goddard silencieux. Elle s’efforce de repousser l’inévitable, prenant ses affaires pour les remettre à leur place, celle qui montrait qu’il faisait partie de cette chambre. Avec elle. « Arrête Nyla ça ne sert à rien » son visage contrariée au possible reformant cette mine enfantine d’un gosse qu’on reprend, d’un gosse qui ferme les yeux sur cette réalité qu’il veut pas voir, qui lui fait mal. Les doigts d’Adan qui veulent reprendre le seul vêtement qui lui reste entre les doigts, mais elle lâche pas Nyla. « Tu peux le prendre, en souvenir » un souffle brisé qui sort d’entre ses lèvres, le regardant comme s’il venait de lui sortir la pire des absurdités. Le t-shirt qu’elle tenait fermement jusqu’à maintenant qu’elle lui jette violemment. « J’en veux pas de ton putain de t-shirt Adan !! Pas dans ces circonstances ! Je veux... J-je veux que tu restes c'est pas compliqué. » son cri qui se termine en un murmure désespéré, elle le supplie. Ses yeux rieurs lorsqu’elle est avec lui, remplacé par l’eau qui en déborde. C’était la phrase de trop. La colère qui se mélange à la tristesse explose, envahissant totalement son visage. Une main rageuse qui vient sécher ses larmes, vite remplacées par de nouvelles alors qu’elle essaye de se calmer, de respirer. Ça prend un moment avant d’un air décidé se peigne sur son visage, qu’elle s’éloigne du Goddard pour aller vers son espace de la chambre. Prenant sa propre valise, elle prend ses vêtements, les jetant dedans, reniflant parfois, se débarrassant des larmes lorsque sa vue se brouillait trop. Si elle pouvait pas le faire rester alors elle partirait aussi. Avec lui.
AVENGEDINCHAINS
@Adan Rogers-Morris

Adan Rogers-MorrisJE SUIS À SINGAPOUR
avatar
JE SUIS À SINGAPOUR
je suis à Providence depuis le : 08/04/2018 et j'ai rendu : 1119
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: if you leave me now. (adyla)   Mer 20 Juin - 20:48


I've been broken, heart's contentious. I won't fix, I'd rather weep. I'm lost then I'm found but it's torture being in love
I love when you're around but I fucking hate when you leave

T’avais toujours su que Nyla était plus importante que tu ne voulais le croire. Quand tu te précipitais des cours pour rejoindre ta chambre, quand tu préférais les soirées à la prendre dans tes bras plutôt qu’à rire avec Félix et Philéas. Elle avait été au-dessus, sans même que tu ne t’en aperçoives. Et tu savais bien que désormais les nuits allaient être plus sombres, des nuages de pluie qui couleraient sur tes joues. Mais t’avais compris. T’avais compris que tu tenais trop à elle lorsque déjà tu cherchais son attention dans les couloirs, lorsque tes yeux scintillaient lorsque tu recevais un message d’elle. Ton cœur qui se serrait dès que tu te rappelais qu’elle était rattachée à Ilse. Ilse la louve dont tu n’arrivais à te détacher. Les joues intérieures encore mordues, les plaies qui ne se ferment pas. Et si tu voulais éviter un nouveau drame, il fallait que tu t’éloignes de Nyla. Un cri du cœur avant que ce dernier ne se brise une nouvelle fois. Le t-shirt ramené à toi, à la violence de sa tristesse. Tu saisissais l’habit, un peu trop fort. La poigne qui cherchait à ralentir les émotions. Les proportions qui étaient de plus en plus fortes, intenses. Proportions d’amour. Ses pas qui s’en allaient de l’autre côté de la pièce. Du sien. Une valise sortie à la va-vite. Des habits qu’elle ne prenait même pas le temps de plier. Aquarelle de sentiments sur le visage enfantin. La gorge qui se nouait. Tu te rendais compte qu’elle tenait à toi, autant qu’à Ilse. Et si cette impression te réconfortait le cœur, tu ne voulais pourtant pas partager, lui imposant un choix qu’elle reniait. Ton corps qui s’en allait vers elle. Autant de détermination. La dureté de tes sourcils, de ton regard qui restaient. Et cette fois, c’était toi qui lui saisissait le poignet. Ta main qui s’en allait au niveau de son cou. Tu la poussais près de toi. Ton autre bras qui venait s’enrouler autour de son corps. Tu n’y arrivais pas. Tu aurais aimé que ce soit plus facile, qu’au final elle s’en foute. Mais ce n’était pas le cas, et plus les minutes s’écoulaient et plus tu te demandais si tu avais fait le bon choix. « Je viendrais te voir Nyla, d’accord ? » la paume de ta main qui relevait son menton. Tu la regardais dans les yeux. Etonnement distant et froid, tu tentais de ne pas dévoiler tes sentiments. Tu ne voulais pas qu’elle comprenne que tu partais par peur. Ce n’était même plus l’idée qu’Ilse croit qu’il y avait eu une ambiguïté entre vous, mais l’idée qu’il n’y en avait peut-être jamais eu une. Qu’elle n’avait jamais été assez forte pour que Nyla tranche entre des personnes qui n’avaient fait qu’un.
Nyla ParkJE SUIS À PROVIDENCE
avatar
JE SUIS À PROVIDENCE
je suis à Providence depuis le : 16/05/2018 et j'ai rendu : 92
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: if you leave me now. (adyla)   Lun 25 Juin - 20:28


baby please don't go (adyla)

if you leave me now


Refoulant ses larmes, elle lutte pour garder un semblant de contrôle, son cerveau prêt à exploser sous toutes les envies différentes qui tournaient en elle. Elle voulait le frapper, pour vouloir partir, d’être si fermé avec elle, et y’avait cette partie qui voulait juste tout abandonner pour lui. Elle comprend pas pourquoi elle veut autant qu’il reste avant que finalement tout prenne sens, anéantissant son cœur par la force de tous ses sentiments qu’elle n’avait pas eu conscience d’avoir pour lui jusqu’à maintenant. Début d’un amour raté, qui ne verra jamais le jour. Par sa faute, parce que son passé traumatique lui avait tout fait rejeter en bloc. Par sa faute à lui aussi, parce qu’il n’avait pas eu le courage de se battre pour elle. La compréhension qui la fait presque s’effondrer mentalement. « Je viendrais te voir Nyla, d’accord ? » elle le regarde, ses yeux exprimant tout ce qu’elle n’avait pas pu lui dire, tout ce qu’elle n’avait pas voulu s’avouer. Le regret plus fort que tout alors qu’une envie dévorante la prend. Celle où ses lèvres rejoignent celle du Goddard pour exprimer tout ce qu’elle n’avait pas vu, tout ce qu’elle avait ignoré. Qu’il aurait pu être plus qu’un ami. Qu’Ils auraient pu être plus que ça. C’est ce qu’elle aurait aimé faire. Nyla avait rejeté toutes idées d’avenir romantique dès son réveil de l’hôpital. Niant pendant maintenant des mois l’existence de sentiments plus qu’amicaux à l’égard du bouclé. Et maintenant tout lui éclatait dans la face, empirant son chagrin, déchirant un peu plus son cœur qui avant guérissait inconsciemment à ses côtés. Tout ça réduit à néant avec la puissance de ce rejet, de cette limite qu’il imposait désormais. Dès qu’il franchira la porte tout partira, ne devenant plus que cendre. « Pourquoi partir dans ce cas ? » voix raillée comme un disque usé. Yeux remplis d’eau qui lui criaient de l’embrasser. Pour un premier et dernier baiser. Symbole de ce qu’ils ne pourront jamais refaire, avec un avenir qu’ils ne pourront jamais avoir.
AVENGEDINCHAINS
@Adan Rogers-Morris

Adan Rogers-MorrisJE SUIS À SINGAPOUR
avatar
JE SUIS À SINGAPOUR
je suis à Providence depuis le : 08/04/2018 et j'ai rendu : 1119
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: if you leave me now. (adyla)   Mar 26 Juin - 2:27


I don't understand this. Girl, you're makin' it hard for me
My heart can't take this damage and the way I feel, can't stand it

Les bras allongés contre les côtes. Le regard vide, qui explorait les émotions de l’ancienne colocatrice. Son regard qui cherchait à te parler, mais que tu évitais. Tu ne voulais pas prendre conscience. C’était toujours plus facile de se dire que tu étais le seul à éprouver des sentiments. Toujours plus facile d’être lâche, de ne pas faire attention aux autres. C’était bien au fond ce qui t’avait fait perdre Ilse. L’égoïsme d’être le seul souffrant, d’être incompris. Alors que Nyla était là, attendant un signe, révélateur, d’une ultime sensation que vous n’aviez jamais partagée. Le fruit défendu auquel vous n’aviez jamais croqué. Plus par peur que par honte. Peur de la réaction de l’autre, de finalement tout détruire. Le peu que vous aviez, que vous aviez réussi à construire au cours de ces quelques années. Un souffle. Le regard qui croisait finalement le sien. Les yeux qui tombaient au même instant sur les lèvres respectives de l’autre. Si les tiennes étaient fines, mordues et sèches, les siennes semblaient douces, pulpeuses. Un cœur qui se dessinait sur ses traits. Mais sa voix venait une nouvelle fois te toucher en plein cœur. Ce n’était pas tant les paroles, que tu t’étais toi-même répétées avant de prendre ta décision, mais sa voix, qui semblait déjà ailleurs, en deuil. « Nous deux… » tu commençais, le souffle coupé. Tu avais toujours eu du mal à mettre des mots sur tes émotions. Malgré les heures et semaines passées avec des thérapeutes, les seuls sentiments que tu arrivais à transmettre se faisait par coups de crayons et de gouache. Les sourcils froncés, la main qui se serrait, les yeux qui cherchaient une issue de secours. Mais ils retombaient sur les siens. Sur ses lèvres qui semblaient t’appeler. Ta main, serrée, qui commençait à trembler. Ton corps qui voulait d’elle. « c’est compliqué » que tu finissais, le souffle court. Les regards qui ne se lâchaient plus, qui s’appelaient dans une danse de Tchaïkovski. Ton corps qui s’approchait inconsciemment du sien, les résistances qui tombaient une à une. C’est compliqué, que tu te répétais, avec l’idée de peut-être faire l’erreur qui serait le salut de ta vie. Ta paume de main qui glissait le long de son torse, s’arrêtant sur ses lèvres rosées. Le cerveau qui s’embrouillait, de part en part. Les questions qui venaient chambouler les pulsions. Et ce qui t’avait toujours arrêté venait une nouvelle fois te bloquer.
Nyla ParkJE SUIS À PROVIDENCE
avatar
JE SUIS À PROVIDENCE
je suis à Providence depuis le : 16/05/2018 et j'ai rendu : 92
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: if you leave me now. (adyla)   Mer 11 Juil - 17:43


baby please don't go (adyla)

if you leave me now


Son regard hésitant, sa lâcheté qui revient effacer le peu d’espoir que ses lèvres touchent les siennes. Ce refus blessant alors qu’elle pensait vraiment avoir compris qu’il l’aimait aussi. Etait-ce seulement l’attraction physique qui lui donnait ce sentiment d’inachevé ? Ce baiser aurait-il pu changer quelque chose, le faire rester ? Au fond, le mal était déjà fait, ses larmes versées, la douleur brulant sa poitrine au fur et à mesure que le départ qui va suivre se fait plus réel. Adan la laisserait comme on l’avait déjà abandonnée. La fois de trop qui se fait sentir dans sa voix fatiguée. Fatiguée d’espérer pour être brisée. L’abandon au bord de ses lèvres charnues qui auparavant attendait un signe qui la ferait reprendre l’assurance d’une fin pas si triste entre eux. Toujours pas de ce Happy Ending qu’elle rêve en silence au fond de son lit. C’était pas pour elle. « Nous deux… c’est compliqué » Ses yeux qui se baissent sur le coup. Paupières qu’elle ferme avec force pour éloigner l’eau qui aimerait couler sur ses joues de poupée. Sa main glissant sur le visage de la Goddard, faisant trembler son cœur parsemé de blessures. Ses prunelles foncées qui se rouvrent pour le voir hésiter à se laisser aller. « ça l’a toujours été… » voix rouillée ses pleurs, l’esprit qui se remémore la rencontre de ce brun. Tout d’abord ancien copain d’Ilse pour au final devenir une personne précieuse, un ami en or. malgré les complications cette envie de voir jusqu'où ça pouvait aller. cet espoir qui renait légèrement, de pouvoir sortir des ténèbres de son passé destructeur. Alors ses lèvres se rapprochent doucement de celles du Goddard, les frôlant délicieusement pour s’appuyer doucement. Légère caresse réanimant l’organe blessé. Son corps qui voudrait se rapprocher du sien, mais qui se recule, le regard fuyant, troublé par des sentiments longtemps oubliés, repoussés. « Désolée. »
AVENGEDINCHAINS
@Adan Rogers-Morris

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: if you leave me now. (adyla)   

 
if you leave me now. (adyla)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 02. You can leave your hat on
» the life may leave my lungs but my heart will stay with you (azazel)
» Ricardo Seitenfus claims coup against Préval was suggested
» PEOPLE ALWAYS LEAVE (15/03 14h55)
» Leave ϟ jaipasdideedetitrealorsjenmetspas.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ever true to Brown !  :: YOUR STORY ISN'T OVER :: RPS TOUJOURS EN COURS-
Sauter vers:  
LES TOP-SITES


CONTACTER LE STAFF